e5k1m0
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2013

Etudiant recherche logement désespérément

Les années se suivent et se ressemblent quand on est étudiant et que l’on cherche à se loger. A croire que dormir sous un toit quand on est en fac est un luxe, limite un non-droit puisque les pouvoirs publics ne font rien depuis des années pour favoriser le confort de notre jeunesse érudite au budget en totale asphyxie.

e5k1m0
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

location étudiante © 

Les années se suivent et se ressemblent quand on est étudiant et que l’on cherche à se loger.

A croire que dormir sous un toit quand on est en fac est un luxe, limite un non-droit puisque les pouvoirs publics ne font rien depuis des années pour favoriser le confort de notre jeunesse érudite au budget en totale asphyxie.

Alors, quelles solutions ?

Trouver un logement bon marché en cette veille de rentrée universitaire relève, une fois de plus, du véritable parcours du combattant perdu d’avance. Sauf que cette fois, la révolte gronde et les esprits commencent à s’échauffer.

Reste à savoir qui est responsable de cette situation ubuesque. Les vendeurs de listes de logements à louer sont pour le moins dans le collimateur des étudiants et de leurs parents qui pâtissent de cette soupe à but mercantile.

Mais ces vendeurs de vent sont-ils les uniques coupables ? Certainement pas. L’augmentation du coût de la vie y est pour beaucoup, les étudiants (de tout bord politique) ne s’en sortent plus au point de ne pouvoir louer ne serait-ce qu’une chambre de 9 M² qui tient plus du placard que du logement décent, disons-le en passant.

Les prix des loyers s’envolent et peuvent représenter le double du budget d’un étudiant. On constate une hausse de plus de 10 % dans la seule région d’Ile-de-France.

Comment étudier dans ces conditions lamentables de subsistance ?

Là encore on pointe du doigt d’autres coupables de cette crise du logement, dont les bailleurs privés, qui finalement s’enrichissent d’une façon assez vile, c’est le moins que l’on puisse dire. Et c’est sans compter les avantages fiscaux offerts à qui mieux-mieux, la résidence étudiante étant finalement un excellent investissement générateur de profit… pendant que le nombre d’étudiants SDF augmente d’année en année. Pourtant, ces jeunes ne veulent rien d’autre que pouvoir étudier loin de la précarité.

Est-ce donc inextricable ?

Heureusement il existe quelques solutions, mais qui ne suffiront pas à loger tous les étudiants de France et ceux venus de l’étranger pour suivre leur cursus dans l’Hexagone. Il reste donc la collocation, toujours en vogue mais qui ne peut être qu’une solution d’attente.

Difficile en effet de partager sur le long terme un logement à trois ou quatre, parfois plus, tout en menant de front études, petits boulots et vie perso. On peut aussi suivre ses études là où l’on respecte le monde des étudiants et où l’on construit des logements qui leur sont réservés. Bordeaux, par exemple, montre un peu l’exemple dans le domaine.

Une autre solution qui semble émerger un peu partout en France, et le prix du loyer un peu plus modéré qu'une location classique (qui inclut généralement toutes les prestations), tout au long de l’année universitaire ou juste pour la durée d’un stage.

Dans les villes universitaires du sud de la France il faut compter environ 500 euros / mois pour une résidence étudiante à Montpellier, 550 euros /mois pour une résidence étudiante à Toulouse.

Les budgets sont un peu plus bas concernant des villes un peu moins prisées par les étudiants... par exemple compter environ 400 euros / mois pour une résidence étudiante à Bordeaux.

Bien évidemment on est encore loin des prix que l'on peut obtenir pour une chamble en cité U (environ 150€ / mois) ou appartement géré par le CROUS (environ 300€ / mois).

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan