e5k1m0
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2013

Echanger ses livres d'occasion

S’il est vrai que les e-books font fureur auprès des jeunes générations (et des moins jeunes !) parce qu’elles sont tout simplement branchées, elles n’en restent pas moins attirées par les livres papier. Car il n’y a rien de mieux que de lire un livre, un vrai, à la main !Malheureusement, l’idée même de devoir débourser quelques dizaines d’euros pour un livre que l’on ne lira qu’une fois n’enchante guère. Et cela se comprend ! On en prend en effet de plus en plus conscience, certes pour des raisons écolo (oui, le papier ça se paie !), mais surtout pour des motifs financiers.

e5k1m0
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

livre d'occasions © 

S’il est vrai que les e-books font fureur auprès des jeunes générations (et des moins jeunes !) parce qu’elles sont tout simplement branchées, elles n’en restent pas moins attirées par les livres papier. Car il n’y a rien de mieux que de lire un livre, un vrai, à la main !

Malheureusement, l’idée même de devoir débourser quelques dizaines d’euros pour un livre que l’on ne lira qu’une fois n’enchante guère. Et cela se comprend ! On en prend en effet de plus en plus conscience, certes pour des raisons écolo (oui, le papier ça se paie !), mais surtout pour des motifs financiers.

Budget limite oblige, on ne peut tout simplement plus se permettre d’avoir sous les mains un livre poussiéreux qui finira certainement sur les étagères d’une bibliothèque déjà pleine à craquer …

Se présentant alors comme une excellente alternative entre les livres numériques et les livres neufs, les livres d’occasion connaissent un engouement exemplaire auprès du public de tous les âges et de toutes les classes sociales.

Consommer sans payer, le reflexe du lecteur de demain

Le phénomène d’échanges de livres d’occasion évolue dans un marché en plein essor. La preuve, les sites qui permettent d'échanger ses livres d'occasions comme Pretachanger.fr offrent à tout un chacun la possibilité de troquer un livre pour un autre avec la possibilité de découvrir des milliers d’ouvrage sans devoir débourser un sou ! Un tel succès des livres d’occasion s’explique d’ailleurs pour deux raisons principales.

D’abord parce que le siècle de consommation démesuré dans lequel nous évoluons jusqu’alors laisse désormais place à un monde de partage. 83% des français (chiffres annoncés par l’Ipsos et l’Obsco lors d’une récente étude) aspirent à une nouvelle ère où la possession n’est pas une finalité en soi. Loin de là l’idée de « socialisme » à outrance ! On veut tout simplement mettre fin à cette tendance d’hyperconsommation qui vide nos poches et fatigue notre planète en commençant par troquer ce qui ne nous sert plus dont nos livres poussiéreux qui n’apportent rien d’esthétique dans notre déco d’intérieur.

Et surtout, parce que le prix unique du livre n’est plus une réalité. On peut aussi bien s’acheter un livre à un prix indécent parce qu’il est « unique », du moins aux dires du libraire, ou l’avoir pour un prix de misère sur Internet.

Résultat, on finit parfois par ne plus accorder de valeur à ces ouvrages, au grand détriment de leurs auteurs.

En revanche, le concept d’échanges des livres d’occasion permet d’avoir de nouveaux livres à lire qui ont déjà passionnés plus d’un.

De plus, la pratique n’a rien de ces gestes jugés « cupides » de la revente en ligne et « anti-culturelle », du moins pour certains libraires. Plus sérieusement avec le troc, on se préserve de cette chasse à l’homme déclenchée par le Ministère de la Culture française, ayant concocté récemment un projet de loi visant à interdire les rabais importants de la vente en ligne de livres.

Alors pourquoi s’en priver ?  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes