Billet de blog 17 oct. 2011

L'Etat français face à la nuit tragique du 17 Octobre 1961 (par Alain Lhostis)

Il y a 50 ans jour pour jour fut commis dans Paris et sa banlieue un crime d'État. Le 17 octobre, à l'appel des dirigeants des forces de libération du peuple algérien et alors que des pourparlers sont engagés entre ceux-ci et le gouvernement dirigé par Michel Debré, une manifestation pacifique de dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants contre le couvre feu qui venait d'être imposé par décret aux « Français Musulmans d'Algérie » selon cette terminologie raciste reprise dans un décret scélérat, se déploie dans Paris.

Nicolas DUTENT
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Il y a 50 ans jour pour jour fut commis dans Paris et sa banlieue un crime d'État. Le 17 octobre, à l'appel des dirigeants des forces de libération du peuple algérien et alors que des pourparlers sont engagés entre ceux-ci et le gouvernement dirigé par Michel Debré, une manifestation pacifique de dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants contre le couvre feu qui venait d'être imposé par décret aux « Français Musulmans d'Algérie » selon cette terminologie raciste reprise dans un décret scélérat, se déploie dans Paris.

Avec l'autorisation, voire l'encouragement d'une partie de la haute hiérarchie policière notamment du préfet collaborationniste Papon, jusqu'au sein du gouvernement de l'époque, et sans qu'ensuite soit exprimé le moindre regret, plus grave encore, la dissimulation totale par ce gouvernement reconnaissant trois victimes, pour faire accroire au pire à une bavure, alors qu'aujourd'hui pour cette seule journée du 17 octobre 1961, plus personne ne conteste le chiffre minimum de 50 dont une grande partie jetés à la Seine, mais ce chiffre est sous-estimé compte tenu de la disparition d' archives ou d'interdiction d'accès.

Le 27 octobre 1961 en séance du Conseil de Paris, Raymond Bossus au nom du groupe communiste interpelle le Préfet de Police de Paris : il cite des témoignages accablants, il exige la vérité, dénonce la responsabilité du gouvernement. Je le cite :

« Combien y’a-t-il eu de morts parmi les Algériens, combien de noyés, combien de décès à la suite de coups ? Jour après jour, heure après heure, affluent des témoignages d’algériens jetés à la Seine. D’autres informations nous sont parvenues : des Algériens ont été tués par balles, frappés à la matraque, à coups de pieds, arrosés à la lance, étranglés. C’est une honte pour le gouvernement gaulliste qui jusqu’à preuve du contraire, est bien l’ordonnateur des actes racistes et criminels de la police.

Il conclut : la vérité qui éclate aux yeux de tous est que le peuple algérien, ce peuple qui s’est donné un gouvernement - le GPRA - ce peuple, dans son ensemble, veut sa liberté dans l’indépendance ».

Claude Bourdet intervient à la suite avec la même détermination.

Le Préfet de police et la droite parisienne justifient toutes ces exactions.

J’avais 15 ans à cette époque et je participais activement, avec les jeunesses communistes de mon lycée, à ce combat pour la paix dans l’indépendance du peuple algérien.

Il a fallu attendre le gouvernement de gauche dirigé par Lionel Jospin pour que soient commandités deux rapports en 97 et 99 retenant le chiffre que je viens de rappeler et 2001 pour que la Ville de Paris avec son nouveau maire Bertrand Delanoë, accomplisse le 1er acte permanent de mémoire avec l'apposition d'une plaque au Pont Saint Michel.

Mais, des historiens Français et étrangers qui ont consacré de longs travaux à cet épisode noir de l'histoire du colonialisme français, avancent le chiffre de 200 et même 300 morts ce jour là ou les jours qui précèdent, selon un documentaire qui sort ces jours-ci, avec des archives inédites.

Le gouvernement doit ouvrir aux historiens toutes les archives. C'est une question d'honneur pour La France qui n'est jamais plus grande que lorsqu'elle se comporte en défenseure des droits humains. Il ne s'agit pas de faire un procès mais de faire émerger la vérité sur un massacre dont la responsabilité incombe à l'État Français qui a laissé faire, voire encourager, en tout cas, incontestablement couvert ce « massacre» mot employé par le substitut du procureur au procès Papon.

Les peuples français et algérien, pour définitivement se réconcilier, doivent pouvoir regarder la vérité en face.

Et nous le devons à ces familles qui ont perdu un père, un fils, une soeur, un frère et qui ont droit par respect à cette vérité sur leur proche jamais revenu(e) d'une manifestation pacifique.

Les évènements actuels de l'autre côté de la Méditerranée, au Maghreb et au Machrek nous l'imposent.

Je défendrai en séance du Conseil de Paris (aujourd’hui ou demain) un vœu au nom du groupe communiste et élu(e)s du parti de gauche qui demande que le gouvernement fasse enfin le travail de mémoire nécessaire afin que soit reconnu ce crime d’Etat, et que la Mairie de Paris poursuive le travail engagé dès 2001 en apposant de nouvelles plaques et édite une brochure sur les événements parisiens liés au conflit algérien.

Alain Lhostis, Conseiller de Paris (communiste) et élu du 10e arrondissement

PJ : le vœu en question.

http://www.alainlhostis.net/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain