L’internationale au balcon : Karl Marx violenté par Adolphe Sax !

Un test : si je chantais l'internationale de mon balcon ? Histoire de m'adresser aux vastes masses qui passent faire leur jogging ou acheter leurs légumes bio (je suis dans un quartier résolument bobo) Expérience réussie, malgré quelques aléas...

L'idée est simple : puisqu'il faut que nous manifestions "aux fenêtres", l'idée est de chanter à tue tête la chanson de référence du mouvement ouvrier. L'internationale est de circonstance ! Mais bon, je pense aussi a un hommage appuyé a Jacques Higelin auteur d'une inoubliable version blues de ce hit absolu de la chanson de manif (qui lui avait valu à l'époque quelques quolibets et soufflets de quelques trotskystes et maoistes bornés (pléonasme) Aussitôt j'empoigne mon saxophone et je fais un magnifique couac !

Mon chat, tiré de sa sieste me regarde d'un air mauvais.  Ma charmante compagne me voue aux gémonies et m'explique que non, une version free jazz de l’hymne d’Eugène Pottier n'est pas une bonne idée. Le fils avec lequel je suis confiné évoque son livre de torture chinoise qu'il est en train de consulter et me promet un traitement aux petits oignons si je persiste dans mon idée regrettable. Mon autre fils, explique qu'il est réfugié a Berlin justement pour échapper aux assauts de mon alto perce oreille Bref le monde entier est ligué contre moi. 

C'est vrai que les débuts sont quelque peu difficile voir erratique. Faut dire que mon saxophone est en train de tomber en morceau et qu'il me reste qu'une anche qui commence lentement mais surement à se désagréger... Bref, le départ est laborieux. La preuve par la vidéo...  

L'internationale confinée : apprentissage (laborieux) Mon premier essai de l'internationale ! © Jazz Hotte

Mais je suis têtu (quelque uns et quelques unes ont pu s'en rendre compte dans nos échanges médiapartiens) donc je continue. Le chat hurle à la lune (ce qui est étrange pour un félin, mais passons) ma chère et tendre fonce au pharmacien s'acheter des boules quies et mon fils me regarde d'un air inquiétant tout en fouraillant dans son bazar (scie égoïne, ciseaux) ce qui ne présage rien de bon.... 

Mais l'un dans l'autre, je commence a maîtriser plus ou moins le truc (plutôt moins que plus mais bon)  

Je commence a téléphoner a mes camarades du quartier, histoire de faire les joli.es cœurs et c'est à ce moment là que ce vicieux de chat passe subrepticement prés de mon instrument qu'il fait chuter. Evidemment ma dernière anche n'y résiste pas ! 

Mon chat serait il devenu macroniste ? Je ne peut pas penser qu'il soit tombé si bas (cela dit, sa façon de regarder les souris ressemble assez facheusement à la façon dont Macron nous considére NOUS) 

Mais heureusement mon fils cadet sauve le coup ! ET il déclame a tue téte "débout les damnés de la terre debout les forcat de la fin" ce qui suscite un commencement de début de rassemblement sous ma fenétre ! C'est pas vraiment le quartier, et en plus on habite en face d'un comico qui est connu pour sa propention a faire des bavures (pléonasme) mais l'un dans l'autre, on a passé une demis heure assez agréable et on peut etre rassuré : il reste des énergies contestatrices dans ce pays ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.