Le collectif ACLEFEU, initiateur depuis 2006 du «Tour de France des doléances», «demande à chacun(e) ici en métropole et en outre-mer, de rester mobilisés et de se rendre à nouveau aux urnes le 6 mai prochain afin de faire le choix qui s’imposera»

 



Depuis sa création, le collectif ACLEFEU a travaillé au réveil des consciences et sa première action en ce sens fût le «Tour de France des doléances», durant lequel nous avions recueilli plus de 20 000 contributions dans les 120 villes visitées; nous n’avions alors pour seuls moyens, que notre détermination et le sentiment exacerbé d’un besoin de justice.

Le succès médiatique qu’allait connaître le «Tour de France des Doléances» (reconduit tous les deux ans depuis 2006), lorsque conformément à nos promesses, nous en déposions la synthèse, intitulée Les Cahiers de Doléances, aux députés et sénateurs à l’issue de la marche du 25 octobre 2006, nous avait conforté dans le bien-fondé de nos actions.

Fin 2006, nous mettions en place notre campagne d’inscription sur les listes électorales, renouvelée chaque année, la dernière en date a débuté le 9 novembre 2011 et s’est terminée fin décembre; cette démarche citoyenne et responsable ayant pour but de faire reculer l’abstention et d’œuvrer à ce que chaque citoyen(ne) s’implique et participe de manière active.

Par la suite, nous avons organisé «les Assises de Quartier», restituant ainsi aux citoyens la synthèse des doléances intitulée le Contrat Social et Citoyen, sous forme de réponses politiques, d’idées et d’actions en cours; mettant en partage les nouvelles propositions découlant du débat collectif, apportant un appui logistique pour aider la participation, dans le respect du principe de laïcité et de neutralité.

Le collectif ACLEFEU a travaillé à l’élaboration d’une coordination associative locale et nationale, amorcée lors des tours de France avec pour objectifs la redynamisation du tissu associatif et l’implantation de relais sur l’ensemble du territoire.  

En 2009, nous avons mis en place un projet intitulé Oxygène qui s'inscrivait dans la continuité des actions citoyennes menées par le collectif ACLEFEU en l'articulant autour de certaines propositions des Cahiers de Doléances; ce dispositif en est à sa quatrième année de reconduction.

Depuis un an maintenant, un projet nommé «Passeport Citoyen» a vu le jour, par la volonté d’un groupe de jeunes membres du collectif désireux de faire l’apprentissage de la citoyenneté; des interviews d’historiens, d’acteurs de la vie politique, d’acteurs de la justice et la découverte des institutions lors de visites organisées, donne à chaque partie un éclairage original. Une histoire interactive donne au jeune majeur une vision concrète des valeurs de la démocratie et des conditions à partir desquelles celle-ci peut continuer à exister.

«Passeport citoyen» démontre notre volonté d'accompagner ce groupe de jeunes qui entrent progressivement dans la vie de la Cité, vers la connaissance et la compréhension des règles du jeu social dont ils sont les acteurs du quotidien. Reposer les bases d'un dialogue entre les jeunes et les institutions rend possible des échanges; réinstaurer l’apprentissage de la citoyenneté au plus jeune âge est fondamental et constitue un élément indispensable à la vie en société.

Cette année 2012 est un moment important pour l’avenir de notre pays et par conséquent pour le devenir de chacun(e) d’entre nous puisque nous avons à élire notre futur président de la République, nous allons faire le choix de l’avenir commun auquel nous aspirons.

Parce que la question des territoires fragilisés, oubliés, relégués était totalement occultée dans la campagne présidentielle, le collectif ACLEFEU avait donc décidé de la remettre au cœur des débats et c’est pourquoi du 21 au 23 février dernier nous avions occupé l’Hôtel Chalons dans le IVe arrondissement de Paris et y avions installé symboliquement le ministère de la crise des banlieues.

Nous avons alors lancé un appel à l’ensemble des candidats déclarés, afin qu’ils viennent à notre rencontre pour leur présenter nos propositions visant à améliorer le quotidien des citoyen(ne)s en grande difficulté. Se sont déplacés: Philippe Poutou, Eva Joly, François Hollande, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade et François Asselineau à la suite de quoi, le 16 mars, nous avons pris la route pour «Le Tour de France de la citoyenneté» à la rencontre de nos concitoyen(ne)s.

Nous leur avons présenté nos propositions sous forme de pétition et avons mis en place des espaces de paroles et de débats sur le thème de la participation de toutes et tous à la vie politique soit par l’engagement pour certain(ne)s et par l’acte, le devoir citoyen d’aller voter. A ce jour, nous avons recueillis 76 158 signatures à notre pétition.

Ce dimanche 22 avril, premier tour de l'élection présidentielle, le collectif ACLEFEU a ouvert ses portes à toutes et tous afin de suivre ensemble ce grand moment dans une ambiance conviviale; parallèlement et durant toute la journée, les jeunes membres du collectif ont sillonné les villes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil à la rencontre des gens afin de les convaincre d’accomplir leur devoir électoral.

A l’énoncé des résultats, nous avons été ravis de voir que notre travail de terrain avait porté ses fruits puisque contrairement à ce qu’annonçaient unanimement les instituts de sondage, les citoyen(ne)s se sont déplacés massivement. Le taux de participation en Seine-Saint-Denis était de 73,46%, de 73,6% à Bondy, 69,67% à Saint Denis, 75,37% à Pantin 70,98% à Drancy ou encore de 76,45% à Nanterre par exemple.

Pour autant rien n’est joué, la campagne n’est pas terminée et les enjeux sont déterminants et graves puisqu’il en va de notre devenir, celui de nos parents et de nos enfants. Bien que la gauche ai remporté ce premier tour, il nous incombe malgré tout de rester très vigilants.

Nous devons nous assurer qu’elle ne déçoive plus par des promesses non tenues comme par le passé mais qu’au contraire elle soit en capacité d’envoyer des signes forts, démontrant ainsi une rupture avec des pratiques d’un autre temps qui ont été à la genèse du désintérêt du citoyen pour la «chose publique» et par la même le terreau de l’abstention.

Le collectif ACLEFEU appelle donc à l’action citoyenne et demande à chacun(e) ici en métropole et en outre-mer, de rester mobilisés et de se rendre à nouveau aux urnes le 6 mai prochain afin de faire le choix qui s’imposera.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.