Billet de blog 16 avr. 2012

Contre la crise, Keynes ne suffira pas

«L'exigence de l'heure n'est pas de relancer la folle machine, mais de construire des instruments collectifs pour redéfinir ce que sont des standards de vie désirables. » Par Cédric Durand, économiste à l’Université Paris 13, et Danièle Obono, membre du conseil national de campagne du Front de gauche.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«L'exigence de l'heure n'est pas de relancer la folle machine, mais de construire des instruments collectifs pour redéfinir ce que sont des standards de vie désirables. » Par Cédric Durand, économiste à l’Université Paris 13, et Danièle Obono, membre du conseil national de campagne du Front de gauche.


A plus d'un demi-siècle de distance, la lucidité de Keynes contraste avec l'aveuglement des dirigeants européens. Enferrés dans une course à l'austérité aussi vaine que cruelle, ils ont oublié sa leçon principale : non, le capitalisme n'est pas capable de s'autoréguler.

Trois idées essentielles avancées par Keynes font particulièrement sens aujourd'hui. Premièrement, dans un contexte de crise, les politiques d'austérité ne font qu'aggraver le mal ; on le constate à nouveau alors que l'Europe plonge dans la dépression. Deuxièmement, les inégalités et, en particulier, les revenus de la finance plombent la dynamique économique, il convient donc d' « euthanasier les rentiers ». Troisièmement, l'ajustement des déséquilibres commerciaux ne doit pas reposer sur les seuls pays déficitaires au risque, là encore, d'aggraver la situation macroéconomie. Or, en arrière fond de la crise actuelle de la zone euro, se trouvent des déséquilibres commerciaux : l'ajustement repose sur les seuls pays périphériques déficitaires étranglés par leur endettement tandis que des pays excédentaires, au premier rang desquels l'Allemagne, refusent de renoncer à leurs surplus. Cette voie ne peut conduire qu'à davantage de chômage, de pauvreté et, in fine, à l'éclatement de la zone euro.

Une option keynesienne à la crise européenne est sur la table. Mille fois préférable aux politiques économiques criminelles suivies, elle passerait par un desserrement de la contrainte de la dette grâce à une garantie illimitée par la banque centrale des dettes publiques. Cette garantie permettrait de rompre le cercle vicieux taux d'intérêt élevés-austérité-récession et d'arrêter les coupes claires dans les budgets publics. En parallèle, une politique de hausse des salaires particulièrement forte dans les pays excédentaires contribuerait à réduire les écarts de compétitivité et pourrait nourrir une relance européenne plus équilibrée. Elle serait renforcée par une réforme fiscale drastiquement redistributive et une mise au pas de la finance.

Les obstacles politiques qui s'opposent à un tel scénario sont immenses, tant les dogmes néolibéraux sont incrustés dans le génome des institutions européennes et les intérêts de la finance arc-boutés sur leurs privilèges. Mais même si les peuples parvenaient à les écarter, l'option keynesienne apparaîtrait comme un palliatif décevant. La crise européenne ne se résume pas à des dérèglements macroéconomiques, aussi graves soient-ils. C'est une manifestation aiguë d'une grande crise du capitalisme qui met en cause la dynamique même de son développement.

La source fondamentale de la crise actuelle, c'est le déclin régulier de la vitalité des économies capitalistes avancées depuis trois décennies. L'un des économistes marxistes contemporains les plus importants, Robert Brenner, montre que cycle après cycle, l'investissement ralentit parce que celui-ci devient de moins en moins profitable. Avec l'industrialisation rapide du monde au cours du dernier demi-siècle, les capacités de production excédentaires se sont multipliées dans toutes les industries clés. Ce constat peut sembler étrange, vu les profits insolents affichés par les grandes entreprises en Europe comme aux États-Unis. Mais, de plus près, le paradoxe n'est qu'apparent. Les profits extravagants ne proviennent pas seulement d'une détérioration de la position des salariés ; les marges gagnées sur les prix des intrants grâce aux délocalisations et les multiples aides et baisses de la fiscalité consenties par les gouvernements ont bien plus compté pour la profitabilité des grandes firmes que les retours sur les investissements productifs. En parallèle, à mesure que les profits escomptés des investissements productifs reculent, les prétentions à des revenus futurs via les placements financiers s'accumulent. Financiarisation, mondialisation et désindustrialisation ont ainsi partie liée dans la crise.

L'épuisement de la dynamique industrielle n'est pas seule en cause. Keynes avait pressenti les bouleversements qu'impliqueraient l'éloignement de l'empire de la nécessité dans des sociétés développées devenues opulentes : « L'amour de l'argent pour lui même sera reconnu pour ce qu'il est : une sorte de morbidité dégoûtante ». Si pourtant la misère matérielle persiste, voire s' aggrave, cela n'a plus rien à voir avec des capacités productives insuffisantes. Sont dorénavant en cause les inégalités tout autant qu'un mode de construction des besoins entièrement soumis aux impératifs du profit : certains manquent toujours d'un logement mais des départements marketing hypertrophiés s'arrachent notre attention, instillant dans notre cerveau un consumérisme insoutenable. S'interroger sur l'utilité et la qualité de ce que produit l'activité économique devient la question principale. Une question que ne peuvent ignorer les résistances qui s'organisent face à l'austérité.

Pourquoi se battre ? Au cours du XXe siècle, l'élévation collective du niveau de vie matérielle –plutôt que la démocratie économique– s'est progressivement affirmée comme l'enjeu central des luttes syndicales, laissant la porte ouverte à l'essor du consumérisme individuel. Face aux dévastations de l'austérité, la tentation d'un retour au jeu de miroir typique des années d'après-guerre entre macroéconomie keynesienne et hausse du pouvoir d'achat est forte. Il serait suicidaire d'en rester là. L'exigence de l'heure n'est pas de relancer la folle machine, mais de construire des instruments collectifs pour redéfinir ce que sont des standards de vie désirables. Construire une planification démocratique et décentralisée de cette grande transition sociale et écologique, telle est, au fond, la réponse à apporter à la crise.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche