JJMU
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

2012: un cahier de doléances

Suivi par 81 abonnés

Billet de blog 10 janv. 2016

Le duende tendre et cruel de Rodrigo Ramis

Il nous met dans l'ambiance avec une histoire d'enfance servie autour d'un café ; nous promène doucement au milieu d'une exposition de peuples qu'emportent les révolutions ; s'installe face à nos gradins pour nous dire, commentaires à l'appui, un texte de conférence du poète martyr Garcia-Lorca ; et, enfin, nous transporte sur les traces des peuples autochtones qu'on tue. Rodrigo Ramis est poète.

JJMU
Édition de livres, poésie engagée, littérature, éducation populaire, enseignement, formation, stages, ateliers d'écritures, théâtre de l’opprimé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rodrigo Ramis et Armand Gatti à La Parole errante © Jean-Jacques M’µ

Dans la culture espagnole, on parle de duende pour dire ce qui est de l'ordre de l'état de grâce où l'artiste, sans aucun truc, naturellement et sans plus d'artifice, se lâche sans chichi, sans façon, et qu'il atteint alors l'essentiel que chacun peut sentir au moins une fois dans sa vie au plus profond de la compréhension de soi-même, et qui serait capable de le relier au monde, à la vie, au cosmos peut-être...

Il n'en faut pas davantage pour se laisser aller à raconter les moments les plus puissants de ces histoires, de ces scènes, de ces chants, de ces danses, comme Federico Garcia-Lorca s'y était essayé il y a un peu moins de cent ans lors d'une conférence publiée dans un opuscule qu'à présent Rodrigo Ramis, Chilien d'origine, est venu lire avec une verve qui rapproche ceux qui participent d'une réception active et éveillée, parfois complice, toujours critique. Et c'est ce risque du sans filet dans lequel nous nous sommes trouvés emportés. Bien nous en a pris. Il faut une confiance, une foi dans ce temps où, devenu auditoire, chaque spectateur délègue sa patience et sa clairvoyance à l'autorité qui s'exprime devant lui en pensant à l'universelle condition au moins autant qu'au particulier de sa situation.

Il y a l'emportement que provoque cette impression du déjà vu, vous savez ?... du déjà vécu, que l'on ressent comme une déréalisation de notre présent. C'est exactement dans cet interstice temporel que se place le spectacle de Rodrigo Ramis, dont la voix est chaleureuse et feutrée avec quelques modulations adressées à la salle sur qui il va appuyer quelques anecdotes, des rappels, des réminiscences, des rapprochements inattendus entre la vie quotidienne et la scène. Les accessoires sont réduits à l'essentiel, son petit livre à la main. Et nous pouvons le voir balancer au loin le texte une fois sa lecture finie pour retrouver les gestes anciens et les mélopées scandées de peuples fagocités depuis des siècles par la modernité d'impitoyables conquérants que leurs ancêtres avaient reçus comme des dieux. Les malheureux !

Et l'on ne peut pas oublier cette révélation qu'il nous fait, en guise d'hypothèse vraisemblable.

« Au fait, vous savez comment il est mort, Federico Garcia-Lorca ? »

Rodrigo Ramis nous le fait soudainement sentir. Armand Gatti et Hélène Châtelain étaient présents lors de sa représentation à La Parole errante, cet hiver, et ils en ont convenu avec nous : Le duende peut être douloureusement tragique et violent comme l'injustice. Ce n'est pas de la littérature.

Merci infiniment à toi l'artiste pour te donner autant ! Ce que tu as su voir et ressentir a été transmis avec des vibrations multiformes inouïes, que nous n'attendions pas, que nous n'espérions plus. Il y a quelque chose de l'espérance au fond de la jarre des calamités dans ton offrande, qu'il m'est impossible d'appeler « Jeu » comme il se fait trop souvent quand on parle de théâtre d'acteur. Tu fais du bien aux sociétés qui te reçoivent.

Jean-Jacques M’µ

La liste des prochaines dates de représentations suivra. Il est certain qu'il y aura des représentations dans le Lot.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt