Pourlavenir
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

2022 - Pour une Equipe

Suivi par 90 abonnés

Billet de blog 5 sept. 2020

Pour 2022 un gouvernement d'union pas une tête d'affiche!

En V° République, la conquête du pouvoir par la Gauche suppose l'union de toutes ses forces sur UN candidat. Mais pour gagner, celui-ci ne peut être le chef d'un de ces partis. Le choix des électeurs doit se faire sur un programme commun et surtout sur un pré-gouvernement négocié entre tous ces partis.

Pourlavenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La personnalisation de la 5e République est l'écueil sur lequel risque de se fracasser l'union de la Gauche, pourtant absolument indispensable pour gagner en 2022.

Mettre à bas ce régime anti-démocratique est un moyen d'unir toutes les forces de Gauche. Pour cela il faut, dès la campagne électorale, donner un exemple d'une nouvelle démocratie. Les électeurs ne doivent plus être appelés à rallier le panache rouge ou vert de tel ou tel homme providentiel, mais voter pour un programme commun et surtout voter pour un gouvernement déjà constitué et prêt à passer à l'action dès le lendemain de l'élection.

D'une part, ce gouvernement sera prêt à agir immédiatement. Cela est indispensable pour éviter le sabotage, que, pour sauver leurs privilèges, les forces de droite et les oligarques, vont initier dès les résultats annoncés de la Gauche.

D'autre part, l'appel à voter pour un gouvernement, plutôt que pour une personne, prouvera que c'est bien la fin de la royauté présidentielle et la fin de la 5ème république. La campagne électorale ne doit pas être faite par le candidat, fut-il le meilleur tribun (comme l'ai JL Mélenchon) mais doit être collective. Chaque ministre pré-negocié entre les différents partis de l'union, y défendra la partie du programme qu'il mettra en oeuvre, une fois leur candidat, ce gouvernement élu.

Dans cette configuration, le candidat "président" doit s'éffacer. Il ne peut donc en aucun cas être un ténor de la vie politique, puisqu'il doit être prêt à abandonner le pouvoir dès que l'Assemblée Constituante aura fixé les règnes de la 6e République. Il ne doit pas être un politicien professionnel, il ou elle doit avoir un métier, qu'il ou elle reprendra après son "abdication" volontaire.

Donc le candidat unique de la Gauche ne peut être ni JL Mélenchon ni Y. Jadot, ni même un jeune espoir de la politique. Ceux-ci doivent concrétiser leurs convictions en prenant des responsabilités dans le gouvernement d'union. Le candidat président doit être un personnalité, connue et reconnue pour ses idées et ses actes de gauche, mais être prête à reprendre son métier dès que la nouvelle constitution entrera en application.

Vite, tous les partis de la Gauche, c'est maintenant qu'il faut discuter pour construire ce gouvernement d'union rouge-vert, pour enfin offrir un avenir aux Français et que la France devienne l'exemple pour tous les peuples du monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar