Billet de blog 12 mars 2021

Unité ? Comment ? Raisonnons...

L'article de Mathilde Goannec et Pauline Graulle à propos des remous que suscite la liste unique de la gauche en Hauts de France rejoint nos préoccupations.

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les réactions des uns et des autres ... Chassaigne, au PCF, veut une candidature de son parti. Jadot veut être candidat quoi qu'il en coûte. Mélenchon a fait don de son corps à la République et donc à la candidature et Coquerel le jure : "discuter, d'accord, mais nous ne changerons rien à nos projets".

Bien, bien, ils sont tous clairement mal à l'aise.

Tâchons de raisonner clairement.

UN : une candidature "unitaire" PS-Verts apparaîtrait comme un come back hollandiste. Aucune chance de faire plus qu'un tout petit 10%.

DEUX : une candidature PS-Verts-PCF serait une candidature anti-Mélenchon. On voit d'ici l'ambiance de la campagne. Du sang sur les murs ! Et une défaite assurée.

TROIS : une candidature Mélenchon seul contre tous à gauche, (unis ou séparés) est une candidature de désespoir. Comment aurait-il les 500 signatures au fait ? C'est le PCF qui les lui a données la dernière fois.

QUATRE : d'autres formules seraient un peu meilleures, mais peu envisageables : Mélenchon soutenu par le PCF, comme en 2017 ? Soutenu par le parti à qui il a SMSisé, en remerciements "Vous êtes la mort et le néant" ? Hummm difficile à oublier... Mélenchon soutenu par le PCF et des Verts en rupture ? Pas mal ! Mais Mélenchon, de toutes façons, est plombé par ses quatre années de bévues, d'autoritarisme, sa candidature précipitée... il fut un grand candidat. Il ne l'est plus.

CINQ : considérons quelques candidats possibles : Fabien Roussel, JL Mélenchon, Julien Bayou, Olivier Faure. Est-il possible que ces quatre là soutiennent l'un de ces quatre là ? Clairement non.  Alors, rien n'est possible ?

Conclusion.

Rien n'est possible si ces hommes, "nos dirigeants politiques de gauche", sont incapables de comprendre qu'il faut enterrer la cinquième République. Incapables de comprendre qu'elle est morte, la conception du chef d'état omnipotent car omniscient. La crise sanitaire du COVID19 a prouvé, sans discussion, que la solitude d'un Président de la République mène au chaos, au désastre.

C'est vrai aussi pour la campagne qui est devant nous ! AUCUNE femme, aucun homme n'est qualifié pour se présenter devant les millions d'électeurs progressistes, ouvriers, paysans, artisans, étudiants, enseignants, entrepreneurs, en leur disant VOTEZ POUR MOI, MOI, MOI !

Ni Mélenchon, ni Jadot, ni Roussel, ni Hidalgo.

Je veux entendre les dirigeants de gauche le dire : nous présentons une EQUIPE UNIE et diverse, sur un programme qui répond aux trois urgences : sociale, environnementale et démocratique.  Le nom que, du fait de la concession que nous sommes obligés de faire à la règle de l'élection présidentielle, ce nom qui sera sur le bulletin c'est pas celui d'un César, d'un Dieu, d'un Tribun, c'est celui d'un simple porte drapeau. Sa désignation répondra à des considérations techniques : il faut qu'il connaisse la politique, sache parler aux journalistes et à la télévision.

Que l'EQUIPE se forme, qu'elle entre en piste, et la désignation du "candidat" ne doit poser aucun problème.

Il est assez extraordinaire que, jusqu'à présent, ces dirigeants n'aient pas vu ce qui crève les yeux. Qui a gagné plusieurs mairies de grandes villes de France : Marseille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux ? Des génies politiques ? Non, DES EQUIPES.

Qui entre en campagne pour gagner la région "HAUT de FRANCE" ? Une personnalité connue jusqu'aux antipodes ? Non, UNE EQUIPE.

Des polémistes ont prétendu que nous avions la gauche "la plus bête du monde" (ou était-ce la droite ?).

Non, s'il vous plait, pas cette fois ! L'enjeu est trop grand ! Faites un effort !!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse