Billet de blog 16 oct. 2020

Des pas en avant

Ce billet est un copié -collé d'un billet du même titre qui souffrait d'un bug technique : les commentaires étaient fermés "par l'auteur"... alors que l'auteur, en réalité, ne les avait pas fermés ! Les 19 commentaires ont donc disparu. Mais la discussion continue, d'autant plus que la situation évolue tous les jours.

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour une équipe

Ce n'est qu'un petit début. Au moment où j'écris, la pétition des "mille" est à dix mille signatures, ce qui est correct, mais pas considérable, en quatre jours. Certaines signatures, celle de Clémentine Autain, de Damien Carême, de Thomas Piketty, ont du sens. Celle de Michèle Rubirola, maire de Marseille, plus encore ! 

Intéressantes à noter sont aussi les signatures qui sont absentes : celle de François Ruffin ... celles de Liêm Huang Ngoc, de Jacques Généreux, de Charlotte Girard ...  La prudence est de mise en ce début de mois d'octobre.

On pouvait penser que rien ne serait fait en faveur de l'unité à la présidentielle avant que se soit prononcé Jean-Luc Mélenchon, ou avant qu'il ait reporté sa décision à plus tard.

On pouvait aussi considérer qu'il fallait attendre que se soient déroulées les élections pour les régions.

Clémentine Autain, dont j'imagine qu'elle n'est pas étrangère à l'initiative de cette pétition, a jugé qu'il ne fallait pas attendre. Je crois qu'elle a eu raison, ce qui ne signifie pas que Ruffin, en restant à l'écart aujourd'hui, ait eu tort. Prudence et audace sont également justifiées. Chacun son rôle.

L'appel est signé par des personnalités de tous les partis de la gauche politique : le PCF (Elsa Faucillon, Patrice Cohen-Seat), la F.I (Clémentine Autain députée F.I., Prune Helfer-Noah, conseillère métropolitaine, Jean-Claude Mamet (Ensemble!)), EELV (Damien Carême, député européen, Alain Coulombel, porte-parole), PS (Christian Paul, ancien député), Gérard Filoche (GDS), Heila Kribi (Génération.s) etc.

Et des "personnalités de la société civile" : des économistes  (Thomas Piketty, Jean-Marie Harribey, Julia Cagé) des syndicalistes (Michel Angot, Jean-Claude Branchereau, Jean Brunacci), des sociologues, des philosophes, des historiennes et des historiens, Pierre Khalfa, de la fondation Copernic, Susan George (présidente d'honneur de ATTAC) des journalistes (Paul Ariès rédacteur en chef du mouvement Zindigné(e)s, Denis Sieffert), des avocats, des cinéastes (Robert Guédigian) etc.

Le format est très précis : ces personnes sont connues, mais ne sont pas des leaders politiques : ni Fabien Roussel, ni Adrien Quattenens, ni François Ruffin, ni Julien Bayou, ni Eric Piolle, ni Benoit Hamon, ni Olivier Faure.

Relativement à ce qui fait l'objet de notre édition participative, la formation d'une ÉQUIPE, nous n'avons pas ici une équipe mais déjà le prototype d'une équipe. 

L'ébauche d'un programme

J'ai tenté de démontrer dans mon essai "...Ni Tribun" que les "programmes" n'ont guère de sens. D'une part parce que seuls ceux qui sont aux manettes peuvent espérer connaître la situation réelle de la société. Vrais chiffres et vraies structures sont cachées par la haute fonction publique. D'autre part, si un nouveau gouvernement prend des mesures, il ignore largement comment ses adversaires, nationaux et internationaux vont riposter. Un programme détaillé n'a pas plus de réalité que la plan stratégique d'un match de boxe.

L'appel dont il est ici question insiste sur la nécessité de rencontres, d'échanges, de débats. Il appelle à un travail en commun : il est clair qu'il manque d'un travail commun pour définir un projet alternatif à celui du gouvernement, la plupart des appareils politiques se focalisant sur son éventuel présidentiable et ayant la prétention de rassembler autour de celui-ci.

C'est exactement notre position. D'abord l'équipe (elle est esquissée), ensuite le travail en commun pour prouver qu'il n'y a pas de divergences insurmontables. Ensuite la campagne en commun, avec les Assemblées Populaires, pour convaincre et mobiliser ceux qui ne sont "rien".

Enfin la désignation par consensus du nom de celle ou de celui qui figurera sur le bulletin de vote.

Pour une campagne qui, par elle-même, enterre la Vème République. Les signataires de cet appel veulent organiser une "Assemblée Générale" à la fin du mois et un grand rassemblement début 2021. 

Cette démarche s'oppose à celle qui résulterait d'une initiative personnelle mettant au premier plan d'abord son nom, le nom du Tribun, posant son programme sur la table et appelant à ce que l'on se rassemble ... autour de lui. Cela, c'est le passé. Il a eu sa grandeur (De Gaulle,  appel du 18 juin), mais aujourd'hui, pour traiter les trois urgences, sociale, écologique, démocratique, il faut tourner la page de la Vème République : dans les faits, tout de suite.

Soutien sans réserve à cette initiative. L'unité est en route, la victoire est au bout.

 https://www.2022encommun.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre