Billet de blog 26 oct. 2020

"IL" hésite.

Mais il conserve son argumentaire mensonger.

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin (lundi 26 octobre) Jean-Luc Mélenchon, sur France Inter. Il ne se déclare pas candidat. Pourtant, le calendrier est pressant : il avait dit qu'il prenait sa décision en octobre et la rendait publique en novembre.

Devant le micro il dit qu'il n'a pas pris sa décision, car il lui reste beaucoup de gens, dont la position est importante pour lui, à consulter. Que sait-on ? Par d'assez nombreux témoignages, que la consultation sur la plateforme des insoumis a donné un certain nombre de réponses négatives "ne te présente pas", et surtout beaucoup d'abstentions. Beaucoup de camarades, devinant (peut-être à tort) qu'on ne tiendrait pas compte de leur avis, n'ont pas répondu. Et certainement d'autres, bien sûr, ont répondu par une approbation enthousiaste.

Mélenchon sait que, s'il se déclare candidat maintenant, le même jour, Yannick Jadot fera de même, peut-être que le PCF fera une déclaration laissant entendre qu'il présentera également un candidat, et des sondages enterreront les espoirs de changement progressiste.

Ceci dans une période où le Président et le gouvernement, les Macron, Véran, Darmanin, Blanquer suscitent dans la population, tant par leur gestion chaotique de l'épidémie que par leur tentatives de virage à l'extrême-droite sous les couleurs du racisme anti musulman, un dégoût sans précédent.

Mélenchon ne se déclare pas (pas encore) candidat, mais maintient intégralement, de manière assez dérisoire, son argumentaire mensonger. 

1) il dit : même unie, la gauche, selon les sondages, ne fait que 25%, donc ça ne fait pas le compte. Un peu rapide, car les auditeurs savent que 25%, c'est largement ce qu'il faut pour aller au second tour ...

2) il dit : si la gauche s'unissait, ce serait sur un texte vide, car les différents courants sont en désaccord sur tout.

Trop heureux, les journalistes n'ont aucune objection, alors qu'il est parfaitement évident que c'est faux.

Ni sur le partage des richesses, ni sur la planification écologique, ni sur l'UE, ni sur la VIème République, ni sur le nucléaire il n'existe entre le PCF, la FI, les Verts et ce qui reste du PS il n'existe de désaccord insurmontable.

Nous l'avons démontré ici même, dans cette édition. L'hebdomadaire POLITIS l'a également démontré dans sa dernière parution tant en faisant dialoguer deux députés que par une analyse fouillée des programmes. Certes, il y a des différences de formulation, mais un débat sérieux avec la volonté d'aboutir en viendrait à bout.

J'ai écris : ce qui reste du PS. En effet, toute la droite du PS est partie chez Macron et les "hollandistes" comme Cazeneuve ou Vals, c'est à dire ceux dont Macron n'a pas voulu, sont archi minoritaires et peut-être sur le départ.

Mélenchon --ce n'est pas la première fois-- s'est lui-même fichu dans une nasse. Il a coupé les ponts derrière lui en affirmant qu'une candidature unitaire serait vide de contenu. Et devant lui il a un mur : s'il se présente il est le fossoyeur du changement, et en particulier de la sixième République. Il a besoin de temps. Mais le temps est aussi ce qu'il faut à ceux qui contrairement à lui veulent une candidature unitaire...

Et ceci, je le répète, au moment ou Darmanin pousse de toutes ses forces vers l'extrême-droite et un climat de guerre civile larvée contre le fameux "islamo-gauchisme". Au moment où Blanquer accuse de manière délirante l'ensemble de l'Université et s'attire une réponse cinglante.

Vraiment, les jours qui viennent seront politiquement "chauds".

Je tourne mes regards vers le mouvement créé par "2022encommun.fr". Ils partirent mille et sont à vingt fois plus. Ce n'est pas mal. À SUIVRE !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"