Billet de blog 31 déc. 2020

Là où croît le péril croit aussi ce qui sauve. (Hölderlin)

Ce qui suit est un APPEL. En cette fin d'année, en ce début d'année nouvelle, nous refusons que les hommes, l'environnement (notre milieu) et la démocratie (nos voix) soient encore dévorées par des années de réaction anti sociale et anti démocratique.

Jean-Pierre Boudine
Mathématiques. Musique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Les lecteurs qui veulent nous rejoindre peuvent le dire en commentaires. Nous ajouterons leurs noms au fur et à mesure.

Nous nous engageons.

La vie des hommes est en péril. Leur environnement est en péril, la démocratie est en péril.

Le responsable est connu, c’est  le système social qui soumet la production des biens sociaux à l’enrichissement individuel.

Le péril est aujourd’hui, en cette fin d’année 2020, plus extrême qu’il ne l’a jamais été. La vie de milliards d’hommes, de femmes et d’enfants est sacrifiée sur l’autel d’une poignée de milliardaires.

L’année qui va commencer s’annonce en France, comme en bien d’autres pays, sous des auspices particulièrement sinistres.

Le Président de la République, vrai chef des gouvernements, a prévenu de son impitoyable détermination a ruiner les acquis sociaux et ainsi aggraver les inégalités sociales et culturelles, répandre la misère la plus cruelle, ne tenir aucun compte des dangers imminents qui pèsent sur l’environnement, et réprimer toute contestation, toute résistance, en encourageant la brutalité policière, sans aucune limite (citation en bas de page).

Le péril croît.

Ce qui sauve, c’est l’exigence de l’action politique et sociale unie.

Tous les acteurs sociaux, partis politiques, syndicats, Gilets Jaunes, sont appelés à l’union, au débat démocratique, à l’action collective, fraternelle et solidaire, et pour l’organiser, au DEBAT.

L’union de tous les courants progressistes a remporté des victoires aux municipales 2020 : Marseille, Lyon, Grenoble, Bordeaux, Nantes, Rennes, Lille, Montpellier, Rouen, Brest, Besançon, Dijon… C’est le modèle de ce qu’il faut faire, et sur quoi nous nous appuyons.

Lorsque nous avons créé cette édition participative, en août 2020, pour une candidature progressiste unitaire à l’élection présidentielle de 2022, nous étions des pionniers.

Nous n’étions pas seuls. Des billets sur le blog de Raymond Macherel, sur le blog d’Arthur Porto, ou celui d’Etienne Jubault défendaient la même option. L'essai : « …Ni Tribun », paru aux mêmes dates, tapait sur le même clou : une candidature personnelle, non !

En cette fin d’année, le front s’est considérablement élargi. Au mois d’octobre un appel « 2022 vraiment en commun » reprenait cette exigence. Il était signé par mille personnalités de tout l’éventail politique de gauche, comme Clémentine Autain (LFI), Patrice Cohen-Seat (PCF), Damien Carême (EELV), Christian Paul (PS), dont plusieurs députés, des économistes (Thomas Piketty) des artistes (Robert Guédiguian), Michèle Rubirola.

En décembre le Maire de Grenoble, Eric Piolle déclare, dans un entretien à Médiapart : Il faut que la gauche et les écologistes se mettent au service d’un projet qui les dépasse et trouvent ensuite la personne qui incarnera le barycentre politique, à la fois sur le fondement politique, mais aussi autour d’un pouvoir qui ne sera pas virilisé mais coopératif.

La même semaine des responsables de ATTAC et de la fondation Copernic appellent à la constitution de comités de base, dans les quartiers et les villages en faveur de l’unité, et à la constitution d’une « plateforme de gauche » pour que le mouvement social prenne part à l’élection.

IL FAUT QUE CE COURANT UNITAIRE CROISSE, SE RENFORCE. C'est notre but.

En cette fin d’année, nous nous engageons à soutenir toutes les initiatives en faveur d’une union de tous les progressistes tant pour les luttes sociales que pour les élections, régionales et présidentielle.

2021, 2022, faisons EQUIPE ! Débattons.

Premiers signataires 

Aurejac, Pierre, professeur d’immunologie (Sorbonne), Nouvelle Donne, Montreuil (93)

Boudine, Jean-Pierre, mathématicien, auteur, ancien co-directeur de campagne France Insoumise 04

Dholland, Rémy, comptable, Aubervilliers

Dutoya, Denis, retraité de l'ONERA, CGT, AFPS, Antony (92)

Joumard, Ivan, enseignant, Saint Chamond

Korzec Pierre, militant CGT, retraité

Bertrand LAFORGE, professeur à Sorbonne Université, physicien des particules, Paris, Nouvelle Donne.

Leger, Alain, Editeur, 73

Porto, Arthur, Paris

Sauvage Jean-Pierre,  retraité industrie textile, Casablanca Maroc 

Talabard Jean, consultant en systèmes d'information logistique, Vincennes

Annick Valibouze, Professeure à Sorbonne Université, Informatique

« Peut-être que je ne pourrai pas être candidat, peut-être que je devrai faire des choses dans la dernière année, les derniers mois, qui seront dures parce que les circonstances l’exigeront et qui rendront impossible le fait que je sois candidat, je n’exclus rien » .

Voilà ce que Macron déclarait le 4 décembre sur Brut.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre