«Les politiques migratoires doivent être pensées autrement»

Utopie n°16 - Eva Joly, députée européenne - Présidente de la Commission du Développement.Les politiques migratoires actuelles tant au niveau national qu'au niveau européen ne cessent de montrer leurs limites. Elles méprisent les droits les plus fondamentaux reconnus à chaque être humain, se trompent d'objectif et entretiennent les pires préjugés et la peur de l'autre.

Utopie n°16 - Eva Joly, députée européenne - Présidente de la Commission du Développement.
Les politiques migratoires actuelles tant au niveau national qu'au niveau européen ne cessent de montrer leurs limites. Elles méprisent les droits les plus fondamentaux reconnus à chaque être humain, se trompent d'objectif et entretiennent les pires préjugés et la peur de l'autre.
Les pays développés accueillent moins de 7% des migrants dans le monde qui, faut-il le rappeler, sont généralement contraints et forcés par des conditions de vie difficiles à quitter leur pays. Le principe d'hospitalité qui s'impose humainement à chaque Etat, exige de ceux-ci, qu'ils accueillent ou du moins qu'ils traitent ces personnes dans le respect des droits humains.

A l'inverse, nos pays, la France en premier lieu, transforment les politiques migratoires en politiques sécuritaires. Ils multiplient les obstacles matériels et les barrières administratives, avec pour seul objectif de limiter, voire d'interdire toute entrée sur leur territoire aux migrants, perçus comme une menace et un facteur de déstabilisation.
Or la migration, en plus d'améliorer les conditions de vie des personnes migrantes en termes de revenus, de santé et d'éducation, favorise considérablement le développement et l'économie tant du pays d'origine que du pays d'accueil.
C'est pourquoi, il est aujourd'hui indispensable de repenser les politiques migratoires, en allant vers un droit à la mobilité pour tous et en assurant une plus grande protection aux migrants et plus particulièrement aux personnes peu qualifiées, aux réfugiés et aux victimes de trafic et de traite des être humains qui doivent faire face à de trop nombreuses difficultés dans leur quête d'une vie meilleure.
C'est un principe d'hospitalité. C'est surtout un principe d'humanité terriblement nécessaire dans un monde toujours plus dur et inégalitaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.