L'utopie souhaitée serait...

Utopie n°5 -Olivier Peyroux, directeur adjoint de l’association Hors la rueL’accueil des mineurs étrangers est un bon révélateur de la volonté de notre pays à promouvoir les droits humains fondamentaux (droit à l’éducation, droit à être protégé…). L’utopie souhaitée serait

Utopie n°5 -Olivier Peyroux, directeur adjoint de l’association Hors la rue

L’accueil des mineurs étrangers est un bon révélateur de la volonté de notre pays à promouvoir les droits humains fondamentaux (droit à l’éducation, droit à être protégé…). L’utopie souhaitée serait

le respect de nos engagements internationaux et de notre droit national. On peut donc rêver que tous les enfants présents sur notre territoire aient accès à l’école, à des conditions de vie décentes. Que les plus vulnérables se trouvant en situation d’exploitation puissent être protégés sans que la question du coût des mesures à mettre en place soit l’élément principal de décision. Il est même possible de vouloir croire qu’un enfant étranger bénéficie des mêmes droits, dans les faits, qu’un enfant français c'est-à-dire que sa nationalité ne soit plus le principal frein à sa prise en charge. Enfin, espérons un jour que ce mineur à l’aube de ses 18 ans ne soit plus confronté à la peur du renvoi et à la clandestinité. Cette utopie ne reflète que l’esprit des textes, qui, au fur à mesure des années, se dissolvent dans le mythe d’une invasion sans cesse annoncée et jamais constatée. Peu importe les faits ce qui compte c’est de toujours continuer à alimenter les mêmes fantasmes sans fondements et de restreindre chaque jour un peu plus notre belle vision de l’humanité.

 

Olivier Peyroux, directeur adjoint de l’association Hors la rue. Depuis sa création, l'association Hors la Rue mène donc une action auprès des mineurs étrangers, principalement d'origine roumaine, en situation d'errance, d’isolement et/ou de danger en région parisienne. Elle accueille aujourd'hui des jeunes d'origine très variée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.