La «réserve d’indien» écolo de Benoit Langlade

Nicolas Sageot, Étienne Doirat, Noël Gérard. Ces grands noms de l'ébénisterie française ont pour point commun d'avoir travaillé dans les célèbres «passages» qui longent la rue du Faubourg St Antoine.

Nicolas Sageot, Étienne Doirat, Noël Gérard. Ces grands noms de l'ébénisterie française ont pour point commun d'avoir travaillé dans les célèbres «passages» qui longent la rue du Faubourg St Antoine. Pour comprendre le développement des métiers du bois dans le quartier, il faut remonter jusqu'en 1229, date à laquelle Louis XI transforme l'Abbaye St Antoine des champs en Abbaye royale. Il autorise plus tard les corps de métiers à travailler librement dans le domaine de l'abbaye. Le quartier est choisi par de nombreux professionnels du meuble pour sa proximité avec la Seine qui facilite l'approvisionnement en bois. Le Faubourg Saint-Antoine abrite aussi l'école Boule, le prestigieux établissement formant aux métiers du design et des techniques industrielles.

 

Aujourd'hui la mairie de Paris tente de lutter contre l'exode déjà largement entamé des artisans du Faubourg, afin de maintenir une mixité entre habitat et activité économique. C'est l'objectif qui préside à la création de l'hôtel industriel du passage Brûlon, dédié à la filière du bois et à la haute technologie. Tout comme la rédaction de Médiapart, Benoit Langlade s'est installé dans ces lieux. Cet ébéniste, ancien chercheur à l'INRA, se réjouit d'avoir pu installer son activité au cœur de Paris : «Malgré des loyers assez élevés, c'est une chance énorme, je suis plus proche de mes clients, plus près de chez moi. Quand je vois tous les autres artisans qui ont quitté Paris, je me dis que je vis dans une réserve d'indiens.»

 

 

Benoit Langlade fait partie du collectif « Les ateliers ouverts », qui regroupe un designer et deux ébénistes. Le groupe travaille sur la conception de mobilier durable. Ces trois écolos convaincus, réfléchissent à la façon d'élaborer des meubles au moindre coût écologique. Pour réaliser cet objectif, l'un des principaux atouts dont ils disposent est l'utilisation du Robinier. Ce bois à pour avantage de pousser dans les forêts d'Europe, ce qui n'est pas le cas du teck qui présente les mêmes caractéristiques. Parmi les créations les plus notables du LAO, on trouve l'assise nomade en robinier (une chaise inspirée du siège de canoë, conçue pour être posée à même le sol), une chaise en robinier pour personnes âgées, et une table potagère.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.