Camille&Guillaume
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 113 abonnés

Billet de blog 21 mars 2009

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Chessex la mémoire...

Suite (et fin ?) de la polémique qui secoue la commune suisse de Payerne après la parution du dernier ouvrage de Jacques Chessex.

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite (et fin ?) de la polémique qui secoue la commune suisse de Payerne après la parution du dernier ouvrage de Jacques Chessex. Dans un article précédent, nous étions revenus sur les événements : Le meurtre en 1942 d'Arthur Bloch, juif, marchand de bestiaux par des nazillons locaux. Plus d'un demi siècle après les faits, le roman de Chessex suscite toujours le malaise au sein de la petite commune de la Broye.

On prend les mêmes et on en remet une couche. Les autorités payernoises viennent de nommer une commission extraparlementaire afin de plancher sur le cas "Arthur Bloch". Il n'est toujours pas question de plaque commémorative sur la place de la ville mais de "faire un acte politique", confiait Gérald Etter, municipal en charge du dossier au journal 24heure. Mais en quoi consistera cet acte politique ? Mystère. Quoi qu'il en soit, les conseillers communaux de droite comme de gauche appuient leur municipalité : Fabienne Mora, conseillère municipale socialiste affirmait ainsi dans le même article : "ce n'est pas l'Histoire qui dérange, c'est Chessex". Ce diable de Jacques Chessex qui écrit que les Payernois et les Payernoises sont "des bouffeurs de pieds de porc et de saindoux". Pour qu'un véritable acte politique ait lieu, il faudrait peut-être que les autorités communales commencent par lire l'ouvrage de l'écrivain, et regarder le documentaire réalisé en 1977 par Jacques Pilet et Yves Dalain, mais on est encore loin du compte. L'archiviste et le syndic de Payerne, les deux personnalités locales qu'on a le plus entendu sur l'affaire, confessent n'avoir pas encore ouvert un juif pour l'exemple (qui se lit en une matinée...).

Le malaise ne se limite pas aux seules autorités communales. On organisait les Brandons à Payerne, cette fin du mois de février. Au menu, plus de 15'000 personnes attendues pour fêter la fin de l'hiver. Il s'agissait de "Chessex l'hiver" lors de cette 114e édition. Si la plaisanterie ne paraît pas à priori méchante, d'autres allusions d'un goût fort criticable ont pu être recensées. Tel ce récipient sanguinolent qui réserve à Chessex le même sort qu’à Arthur Bloch, la victime de l’époque, dont le cadavre avait été découpé et mis dans des boilles.

Question critique, Jacques Chessex n'est pas en reste. Il faut reconnaître que le bonhomme a un côté crispant. Dans une courte interview accordée au 24heure où on lui demande son avis sur le documentaire réalisé 30 ans plus tôt, l'écrivain vaudois y voit une sorte de concurrence qui le pousse à affirmer qu'il était "sur le coup" avant les journalistes du Temps présent. Dans la suite de l'entretien , Chessex s'enfonce en affirmant posséder la "paternité" de cette histoire.

Le seul qui semble tirer son épingle du jeu reste Jacques Pilet, qui revient sur les conditions de l'élaboration du reportage effectué à Payerne à une époque où la plupart des acteurs du drame étaient encore vivant. Quand on lui demande si la présence d'une plaque commémorative réglerait le problème ce dernier rétorque qu'il ne croit pas tant à la valeur des plaques et des noms des places qu'au travail de mémoire dans les têtes : "Là encore, il y a à faire. Lorsque notre film est sorti, suscitant de fortes oppositions, j'ai été confronté aux mêmes attitudes de banalisation que nous voyons aujourd'hui".

Guillaume Henchoz

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy