Camille&Guillaume
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 110 abonnés

Billet de blog 21 mars 2009

Chessex la mémoire...

Suite (et fin ?) de la polémique qui secoue la commune suisse de Payerne après la parution du dernier ouvrage de Jacques Chessex.

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite (et fin ?) de la polémique qui secoue la commune suisse de Payerne après la parution du dernier ouvrage de Jacques Chessex. Dans un article précédent, nous étions revenus sur les événements : Le meurtre en 1942 d'Arthur Bloch, juif, marchand de bestiaux par des nazillons locaux. Plus d'un demi siècle après les faits, le roman de Chessex suscite toujours le malaise au sein de la petite commune de la Broye.

On prend les mêmes et on en remet une couche. Les autorités payernoises viennent de nommer une commission extraparlementaire afin de plancher sur le cas "Arthur Bloch". Il n'est toujours pas question de plaque commémorative sur la place de la ville mais de "faire un acte politique", confiait Gérald Etter, municipal en charge du dossier au journal 24heure. Mais en quoi consistera cet acte politique ? Mystère. Quoi qu'il en soit, les conseillers communaux de droite comme de gauche appuient leur municipalité : Fabienne Mora, conseillère municipale socialiste affirmait ainsi dans le même article : "ce n'est pas l'Histoire qui dérange, c'est Chessex". Ce diable de Jacques Chessex qui écrit que les Payernois et les Payernoises sont "des bouffeurs de pieds de porc et de saindoux". Pour qu'un véritable acte politique ait lieu, il faudrait peut-être que les autorités communales commencent par lire l'ouvrage de l'écrivain, et regarder le documentaire réalisé en 1977 par Jacques Pilet et Yves Dalain, mais on est encore loin du compte. L'archiviste et le syndic de Payerne, les deux personnalités locales qu'on a le plus entendu sur l'affaire, confessent n'avoir pas encore ouvert un juif pour l'exemple (qui se lit en une matinée...).

Le malaise ne se limite pas aux seules autorités communales. On organisait les Brandons à Payerne, cette fin du mois de février. Au menu, plus de 15'000 personnes attendues pour fêter la fin de l'hiver. Il s'agissait de "Chessex l'hiver" lors de cette 114e édition. Si la plaisanterie ne paraît pas à priori méchante, d'autres allusions d'un goût fort criticable ont pu être recensées. Tel ce récipient sanguinolent qui réserve à Chessex le même sort qu’à Arthur Bloch, la victime de l’époque, dont le cadavre avait été découpé et mis dans des boilles.

Question critique, Jacques Chessex n'est pas en reste. Il faut reconnaître que le bonhomme a un côté crispant. Dans une courte interview accordée au 24heure où on lui demande son avis sur le documentaire réalisé 30 ans plus tôt, l'écrivain vaudois y voit une sorte de concurrence qui le pousse à affirmer qu'il était "sur le coup" avant les journalistes du Temps présent. Dans la suite de l'entretien , Chessex s'enfonce en affirmant posséder la "paternité" de cette histoire.

Le seul qui semble tirer son épingle du jeu reste Jacques Pilet, qui revient sur les conditions de l'élaboration du reportage effectué à Payerne à une époque où la plupart des acteurs du drame étaient encore vivant. Quand on lui demande si la présence d'une plaque commémorative réglerait le problème ce dernier rétorque qu'il ne croit pas tant à la valeur des plaques et des noms des places qu'au travail de mémoire dans les têtes : "Là encore, il y a à faire. Lorsque notre film est sorti, suscitant de fortes oppositions, j'ai été confronté aux mêmes attitudes de banalisation que nous voyons aujourd'hui".

Guillaume Henchoz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn