Aux Insoumis & aux socialistes

J'ai écrit ce billet pour mon blog, Mais je voulais le partager ici. Il veut s'adresser également à la France Insoumise et aux socialistes restés de gauche, et je tenais à cette égalité de traitement. Mais je me sens ici obligé de préciser ; si au matin du premier tour il y a un bulletin Mélenchon et un bulletin Hamon, je voterai évidemment Jean-Luc Mélenchon.

Si vous avez voté Francois Hollande au deuxième tour en 2012, sans grand espoir et avec le soupçon manifeste d'être cocu,

 

Si le quinquennat qui se termine vous a, malgré ce soupçon, quand même horrifié par ses renoncements et sa malhonnêteté,

 

Si vous vous souvenez, ne serait-ce que vaguement, que le mot Socialisme a un sens dans lequel ne rentre ni la politique de l'offre, ni les crédits d'impôt aux grandes entreprises, ni une laïcité se déployant exclusivement contre les arabes, ni l'état d'urgence pérennisé, ni la chasse aux roms et la crainte des migrants,

 

Alors, je crois, réjouissez-vous de la victoire de Benoît Hamon à la primaire du PS, et militez pour une candidature unique Hamon Mélenchon Jadot.

 

Il y a un programme commun : la 6eme République, le changement de la politique européenne, la transition écologique, l'augmentation des minima sociaux et des capacités de la sécurité sociale, et un débat national sur le revenu universel.

 

Il y a la possibilité constitutionnelle d'opérer une fusion plutôt qu'un ralliement, qui, dans un sens ou dans un autre, sera mal vécu. Le passage du septennat au quinquennat fait que le premier ministre est un président bis et inversement. Utilisons ce moyen pour proposer un ticket Mélenchon Hamon, avec contrat de gouvernement obligeant à travailler ensemble ou à démissionner tous.

 

il y a, par ailleurs, nécessité. Le premier tour va se jouer entre quatre offres politiques, le néo-fascisme de Le Pen, Le néo-tchatchérisme de Fillon, l'ultra-libéralisme de Macron, et le Socialisme (au sens vrai, ou approchant, du mot) partagé entre Hamon et Mélenchon. Que la dynamique de campagne renforce Mélenchon et amenuise Hamon, ou l'inverse, les quelques pour cents que fera le moins bien placé suffiront sans doute à disqualifier le mieux placé. Et, de ce point de vue, les électeurs qui soutiendront Jadot n'auront rien de superflu.

 

Aux Insoumis, aux Nuit Deboutistes, à ceux qui ont juré : "plus jamais le PS !", je veux dire : regardez, ce n'est pas, plus le même PS. Hamon, Lienneman ou même Montebourg, n'ont jamais été bien loin de Mélenchon, ni du PC, ni de l'extrême-gauche. Le pire de la droite du PS est déjà partie chez Macron, et le reste suivra. Alors, certes, il faut - une fois de plus - s'assoir sur trente ans de trahisons, de promesses non tenues. Et certes, Hamon, Lienneman, Filoche, etc... ont accepté un peu trop de compromissions pour qu'on les croit purs de tout calcul rance. Mais au jeu de la pureté politique, Mélenchon aussi perd face à un Poutou ou à un Besancenot. Et mieux vaut serrer une main amie mais impure un soir de victoire que laisser l'ennemi - Fillon comme Macron - profiter de votre pureté préservée.

 

Aux socialistes (c'est-à-dire ceux du PS qui n'ont pas oublié que le socialisme est un combat, au sein de la lutte des classes, contre le capitalisme), je dirai : vous portez une grande responsabilité. A avoir accepté trop longtemps une soit-disant synthèse qui n'était qu'un renoncement, vous avez contribué à mener la gauche et la France là où elles sont aujourd'hui. Les inégalités ont explosé, les grands patrons se gavent de bonus et les pauvres d'une nourriture qui les empoisonne, le FN a toutes les chances d'être le premier parti de France au premier tour, et les médias nous vendent un ultra-libéral capitalitisque, banquier et millionnaire comme étant de gauche. Souvenez-vous du mot de Mitterand à propos de tous ceux-là qui, comme Macron, Valls ou Hollande, voulait "dépasser" le clivage droite-gauche ("Ils ne sont ni de gauche, ni de gauche", raillait Tonton). Vous avez enfin imposé un programme de gauche au PS, ce qui n'était plus arrivé depuis 1981. Ne cherchez pas à rassembler une maison vide, ne biaisez pas. Ne rajoutez pas quelques mesures libérales pour complaire à Macron ou à tous ceux qui restent au PS mais pensent comme lui. Ne défendez pas ce gouvernement indéfendable, et cette présidence lamentable. Retirez l'investiture (et la carte) du PS à ceux qui soutiennent Macron, à ceux qui viennent de dire qu'ils se retiraient pour ne pas vous soutenir, laissez la droite rejoindre la droite.

 

A tous, nous pouvons gagner. Divisés, peut-être, unis, sans doute. Alors, augmentons nos chances. Au delà de toute répugnance aux alliances, de tout doute sur les intentions d'un Hamon, sur la crédibilité d'un Mélenchon, je ne veux pas voir la destruction du modèle social français, ni version catho (Fillon), ni version xénophobe (Le Pen), ni version cool (Macron).

 

Enfin, à Jean-Luc Mélenchon et à Benoît Hamon, je voudrais dire que celui des deux qui refusera l'union a beaucoup à perdre, pour lui comme pour les siens. Il sera celui qui a préféré perdre seul que gagner ensemble. Celui qui aura accepté, sinon voulu le quinquennat ultra-libéral et/ou xénophobe que les autres candidats nous promettent. Et je crois qu'un certain nombre d'entre nous saura s'en souvenir.

 

Pétitions pour l'union Hamon Mélenchon Jadot (Plus nous serons nombreux, moins ils auront le choix de ne pas nous écouter) :

 

https://www.change.org/p/pour-un-accord-hamon-mélenchon-en-2017

 

https://www.change.org/p/pour-une-coalition-entre-benoît-hamon-jean-luc-mélenchon-et-yannick-jadot

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.