Squat de Bagnolet : en attendant Lambert

Souvenez-vous… Ce 11 février, à six heures du matin, la Police intervient dans un squat de Bagnolet (93)...

Souvenez-vous… Ce 11 février, à six heures du matin, la Police intervient dans un squat de Bagnolet (93)...

par Adama Sissoko

 

L’expulsion de la rue Victor Hugo fait la Une des quotidiens. Le préfet a ordonné cette opération pour mettre « fin au trafic de drogue, de voitures et de prostitution ». Aussitôt l’évacuation terminée, l’immeuble a été rasé au bulldozer. Résultat, 80 habitants et quelques enfants viennent s’ajouter au cortège des sans-abris. La polémique s’est centrée sur la destruction, à toute vitesse, emportant du même coup mobilier, vêtements, papiers administratifs de ceux qui vivaient ici.

Acharnement policier. Depuis, les personnes expulsées subissent un véritable acharnement de la police : interdiction de rester allongé, tentes arrachées et dispersion. La préfecture propose trois nuits d’hôtel, trop peu selon les intéressés qui devront se débrouiller pour se trouver un toit.

Table ronde. Trois mois plus tard que sont devenus les expulsés de la rue Victor Hugo ? Le DAL, Droit Au Logement, a été un acteur très présent dans cette course contre la montre. Des tables rondes ont réuni des représentants de la sous-préfecture de Bobigny, la mairie de Bagnolet, propriétaire de l’immeuble, et le DAL. Des hébergements provisoires, pour chaque personne expulsée, ont été alloués, jusqu’à l’attribution d’un logement. Pour les personnes sans papiers, un hébergement est garanti jusqu’à l’étude de leur dossier.

Date inconnue. Une troisième table ronde devait être organisée hier avec la mairie sur la question des domiciliations à Bagnolet. C’est donc une suite plutôt favorable, peu fréquente dans les cas d’expulsions, mais… La réunion n’a pas eu lieu. Raison invoquée : un nouveau sous-préfet, M. Lambert a été nommé ! Il doit prendre connaissance du dossier avant toute décision. En attendant, les personnes restent hébergés jusqu'à une prochaine rencontre. La date reste encore inconnue...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.