Points d'étape !

En ce 4 juillet 2009, dès le réveil, que ce soit à la radio ou à la télé, le buzz est très actif.

En ce 4 juillet 2009, dès le réveil, que ce soit à la radio ou à la télé, le buzz est très actif.

Parmi les marronniers habituels, les prévisions de Bison futé : du vert au rouge en passant par l’orange ; aux péages des autoroutes, les micros-trottoirs des vacanciers, de préférence en Marcel et couvre-chef publicitaire, résignés d’avoir mis deux heures pour faire 40 kilomètres puisque c’est pour partir en vacances ; les quais de gare où les gens courent, slaloment, pestent sans oublier le départ du Tour de France ; le buzzomètre politique n'est pas en reste quand il fait monter ou descendre Michèle Alliot-Marie, Frédéric Mitterrand, Rama Yade, André Santini auquel est lié le sort de Frédéric Lefèbvre, Martine Aubry et Marine Le Pen, deux ennemies pour une même cause (Hénin-Beaumont), classe aux deux premières places Nicolas Sarkozy (Karachi, discours de Versailles, visite aux Antilles…), et François Fillon (report de l’âge légal de la retraite, emprunt national…).

 

Il y a aussi les grands classiques : les points d’étape.

Par exemple ceux de la communication gouvernementale avec les blogs des ministres qui nous fixent rendez-vous pour un prochain point d’étape… mais avaient-ils prévu qu’ils ne seraient plus là, soit parce qu’ils ont été débarqués cavalièrement, soit parce qu’ils ont été affectés à un autre ministère.

Ainsi Yves Jégo qui parle d’un « nouveau point d’étape sur le déploiement des dispositifs Cap et Cap + en France et dans les DOM » qui sera réalisé au mois de juillet.

 

Ou Xavier Darcos qui proposait de laisser « Sisyphe à son rocher et le Minotaure à son labyrinthe » au sujet de la réforme du lycée. Il va sans doute s’atteler à un nouveau blog afin de nous parler sans détour des enjeux des réformes sociales qui ruinent, pan par pan, tous les acquis sociaux.

Il est à espérer qu’il aura laissé à Luc Chatel le mode d’emploi pour « comment replacer, mieux qu’aujourd’hui, la relation enseignant/enseigné dans une dynamique de confiance et de succès, donc comment revaloriser matériellement et moralement la fonction enseignante ? Les professeurs ont besoin de respect et de respiration. Pour des raisons démographiques, la moitié des professeurs devra être remplacée dans les dix années qui viennent. L’attente de ces nouvelles générations fait que l’État doit être en mesure de leur proposer plus d’ouverture dans leurs perspectives professionnelles. Il est souhaitable de leur offrir par contrat la possibilité de passer une année complète en dehors de leur établissement, de voyager, d’échanger. Une formation universitaire en France ou à l’étranger, un travail dans une collectivité locale, une entreprise, une association, une organisation internationale etc. peuvent constituer dans une carrière un élément important de consolidation ou de nouvelle orientation ».

 

Hervé Novelli décrétait dernièrement lors d’une séance de « Questions au Gouvernement » que la présidente de Poitou-Charentes se fourvoyait dans son approche du problème des salariés d’Aubade alors que lui, ministre en exercice, ne savait qu’énoncer une loi jamais respectée par des patrons voyous, à propos des engagements de revitalisation d'un bassin d'emploi.

Il semblerait que Ségolène Royal soit en mesure de lui proposer un point d’étape dont les régions socialistes devraient s’inspirer. Ces actions, par rapport au brouhaha qui règne au PS entre les caciques décadents et les jeunes pseudo-loups, la font la seule opposante socialiste crédible depuis 2 ans. Ainsi la Rencontre avec les salariés d’Aubade, précédée le 22 juin, à propos de l’entreprise Heuliez, d’un coup de gueule mémorable contre Henri de Richemont (UMP), la mauvaise fois généralisée des constructeurs automobiles français et les pesanteurs politiques et administratives.

Puis 5 ans déjà de démocratie participative en débat lors des rencontres Europe-Amériques. Où comment tirer profit des technologies pour modifier nos schémas de pensée, pour la généralisation d’un travail cognitif mis au service de la politique et ne pas occulter l’avis des minorités pour agréger de multiples voix en une voix commune.

 

A propos de point d’étape, il fallait finir en apothéose par cette vidéo retrouvée sur internet et qui deviendra un jour un collector : flashback sur une drôle d’aventure !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.