Appel à contributions : traduire l'Appel européen contre la dictature financière

Cet article d’édition et son fil de commentaires sont dédiés à un travail collectif de traduction de l’Appel européen contre la dictature financière et de sa charte.

Cet article d’édition et son fil de commentaires sont dédiés à un travail collectif de traduction de l’Appel européen contre la dictature financière et de sa charte. Il se veut à la fois une « boite de dépôt » des traductions et un atelier qui doit permettre de les corriger et de les améliorer. Au fil du travail les traductions sont mises en ligne dans un article consacré à la diffusion de l'appel. Cette proposition participative entend seulement faciliter le travail de diffusion de l'Appel. Mais traduire peut aussi devenir un acte citoyen et politique.

La démarche repose sur les deux constats suivants. D’une part, l’une des conditions de possibilité du "devenir européen" de l’Appel est sa diffusion en langue étrangère. On peut attendre que des traductions soient faites spontanément dans les pays européens ou bien choisir de stimuler cette diffusion en envoyant à des sites étrangers des traductions élaborées en France. D’autre part il y a assurément parmi les 50 000 abonnés de Mediapart suffisamment de polyglottes pour produire des traductions dans les principales langues européennes. Ou tout simplement des abonnés qui connaissent des linguistes ou des traducteurs qui pourraient contribuer au travail.

 

Afin d’organiser le fil des commentaires et en favoriser la lisibilité, je propose un classement alphabétique par langues à partir d’un commentaire-titre auquel il convient de répondre. Merci de toujours cliquer « répondre» dans la fenêtre du commentaire de la langue concernée et non en bas de page sur « Poster un nouveau commentaire ». Pour autoriser des réflexions plus générales sur la méthode ou les problèmes de diffusion à l’étranger je propose un premier commentaire-titre intitulé « Boite à idées sur les traductions et leur diffusion » auquel il convient de répondre de la même manière.

Dans un premier temps je propose 15 langues de travail, mais d’autres peuvent être ajoutées sur simple suggestion. Il conviendrait que la charte de l'Appel soit systématiquement traduite et que l'URL du site de la pétition figure au bas de l'appel. Il serait enfin souhaitable que toute proposition de traduction puisse faire l'objet d'au moins une relecture avant de la considérer comme définitive. Le texte de l'Appel peut se révéler plus difficile à traduire qu'il n'y paraît, en raison du lexique économique en particulier. Une bonne maîtrise linguistique est souhaitable, surtout si les traductions sont envoyées à des organes de presse. Il va de soi que les rédacteurs de cette Edition participative ne peuvent garantir la fidélité ou la qualité des traductions produites. Il s'agit d'une démarche libre et citoyenne, sans aucun lien direct avec les milieux de la traduction professionnelle.

 

Pascal Maillard

 

PS : pour des raisons évidentes d’efficacité j’émets le souhait que ce fil de discussion soit exclusivement consacré aux traductions et aux problèmes de leur diffusion. Pour toutes les autres questions relatives à l’appel ou pour les débats généraux merci de poster vos commentaires sur le site de l’appel, sur le premier article de cette Edition participative ou encore sur les divers blogs qui y sont consacrés.

 

 

Télécharger ici le texte de l'Appel au format PDF

Télécharger ici la Charte de l'Appel au format PDF

 

Traductions disponibles dans le fil des commentaires : allemand, espagnol, grec, italien et tchèque

Traductions en fichiers attachés (format pdf) exportables et diffusables :

grec, italien, espagnol, allemand, tchèque

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.