Pascal Maillard

Sa biographie
  
Son blog
452 abonnés POLARED - Petit observatoire des libertés académiques. Recherche, Enseignement, Démocratie
Ses éditions
1 / 7
Voir tous
  • Ministre des retraites, ministre des «peut-être»

    Par
    Agnès Buzin, Ministre des " peut-être " © Homo Bulla
    Mon billet le plus court et le plus solidement argumenté sur la réforme des retraites : «Si, il peut y avoir, peut-être, probablement, peut-être, si, peut-être, peut-être, c’est très probable, peut-être, si». Silence. Tout est dit.
  • Désenfumage

    Par
    Les opérations d'enfumage du gouvernement atteignent des sommets. Après celle sur les retraites et celle sur la réforme de la formation des enseignants, voilà que Frédérique Vidal tente d'enfumer toute l'université et la recherche. Je relaie le texte salutaire du Groupe Jean-Pierre Vernant qui apporte un peu de lumière dans la grande nuit du mensonge néolibéral.
  • La Mouche, le président et le syndicaliste

    Par
    © qofficiel
    La journée de ce 17 janvier fut symbolique de l’essence du macronisme. Elle pourrait constituer une étape supplémentaire dans la montée de la colère populaire. Si la journée a été calamiteuse pour Macron et Berger, c’est qu’elle a montré leur commune ignorance des liens forts que le mouvement social est en train de tisser entre les grévistes, les citoyens révoltés et les syndicalistes.
  • «Je suis gréviste», Lettre d'une enseignante à ses collègues

    Par
    Publication de la lettre bouleversante d'une professeure de français. «La colère est trop grande dans ce pays et l’injustice sociale trop criante — on le voit depuis plus d’un an avec le mouvement des Gilets jaunes — pour que n’apparaisse pas chez les profs et dans tous les autres corps de métier l’expression d’un ras-le-bol sur les conditions de travail par exemple. Tout est lié.»
  • Des vœux de mensonges et de mépris

    Par
    Bonne année 2020 ! © Jeremy Lecomte
    En lieu et place de vœux, Macron a fait le choix d’un passage en force et de ce que beaucoup considèrent, à juste titre, comme une « déclaration de guerre ». Celle-ci appelle une réponse proportionnée au mépris sans bornes qu’un président autoritaire oppose à la majorité des français.
Voir tous