Congé parental, appel à témoignages

En France, seuls 4,4% des bénéficiaires de congés parentaux sont des hommes. Pourquoi ? Et comment cela se passe-t-il pour les rares pères à cesser leur activité à l'arrivée d'un enfant ? Votre témoignage nous intéresse.

La France s’oppose, pour des raisons financières, à une directive européenne « équilibre entre vie professionnelle et vie privée », proposée par la Commission européenne et actuellement en discussion au Conseil de l’Union européenne. Cette directive propose que chacun des parents, à la naissance d’un enfant, ait droit à quatre mois de congés rémunérés à hauteur des indemnités maladie.

Aujourd’hui, en France, le congé parental est très faiblement rémunéré, à environ 390 euros par mois pour une cessation totale d'activité. Il reste ultra majoritairement pris par les femmes. La loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, qui visait à inciter les pères en réservant une période de congé pour le second parent*, n’a pas eu l’effet escompté.

Fin 2016, les pères représentent seulement 4,4% des bénéficiaires, selon l’Observatoire national de la petite enfance. « La France se caractérise en Europe par un des plus faibles niveaux de recours des pères au congé parental, en dépit d’une durée de congé parental réservée aux pères la plus forte d’Europe », indique une autre étude de la Caisse nationale d’allocations familiales, publiée en mai 2017.

Quant au congé « de paternité et d’accueil du jeune enfant » institué en 2002, il n'est que de onze jours consécutifs (week-end compris) pour une naissance simple et dix-huit jours pour une naissance multiple. Optionnel, il vient compléter le congé de naissance obligatoire de trois jours. Environ sept pères sur dix le prennent. Depuis novembre 2017, près de 50 000 personnes ont signé la pétition lancée par le magazine Causette appelant à une réforme du congé paternité, faisant de son allongement à six semaines et de son caractère obligatoire « un signal fort pour l’égalité femmes-hommes et pour le bien-être de la société dans son ensemble ».

Vous êtes parent et avez pris un congé parental, comment s’est fait l’arbitrage entre les deux parents ? Quelles ont été les conséquences financières et sur votre carrière ? Et sur la répartition des tâches ménagères et de celles concernant les enfants ?

Plus spécifiquement pour les pères qui ont pris un congé parental, quelles ont été les réactions de votre entourage ? Que vous a apporté ce congé ?  Et si vous avez renoncé, quels ont été les freins ?

Si vous souhaitez nous aider, témoignez ! Écrivez-nous à louise.fessard@mediapart.fr

*La prestation partagée d’éducation de l’enfant (Prepare), versée par la CAF, est de six mois maximum pour chaque parent, après la naissance du premier enfant. À partir du deuxième enfant, les parents peuvent se partager un congé de trois ans avec deux ans maximum pour un seul parent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.