PMA pour toutes les femmes, témoignez

Le gouvernement d’Édouard Philippe a renvoyé l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes seules à la révision de la loi de bioéthique prévue en 2018. Plusieurs femmes ne l'ont pas attendu, d'autres hésitent. Mediapart vous invite à témoigner.

Le gouvernement d’Édouard Philippe a renvoyé l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) -ou assistance médicale à la procréation (AMP)- aux couples de lesbiennes et aux femmes seules à la révision de la loi de bioéthique prévue en 2018.

Aujourd’hui, l’AMP, que ce soit par le biais d’une insémination artificielle ou d’une fécondation in vitro, est seulement réservée en France aux couples hétérosexuels infertiles. La réforme sera débattue lors des états généraux de la bioéthique au premier semestre, puis à nouveau au Parlement à l’automne.

Depuis 2012, l’ouverture de la PMA à toutes les femmes a été sans cesse repoussée. D’abord prévue dans la loi sur le mariage des couples de même sexe du 17 mai 2013, cette réforme en a été exfiltrée à deux reprises, puis renvoyée à la loi famille, et enfin suspendue à l’avis du Comité d’éthique, qui a mis quatre ans et demi à se prononcer… Fin juin, il s’est finalement prononcé pour son ouverture à toutes les femmes.

Vous êtes une femme lesbienne ou célibataire et avez eu un ou plusieurs enfant(s) grâce à l'AMP en France ou à l’étranger ? Ou alors vous y songez car vous voyez la légalisation de l’AMP pour toutes les femmes s’éloigner de plus en plus ? Vous avez envie de raconter votre parcours, votre projet d’enfant, les questionnements et obstacles causés par l’interdiction française ?

Ecrivez-moi à louise.fessard@mediapart.fr en indiquant un moyen de vous joindre. Vos témoignages, anonymisés si vous le désirez, seront utilisés dans le cadre d’un article sur les questionnements que créée l’interdiction en France du recours à l’AMP pour les couples de lesbiennes et les femmes seules.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.