gouverner par les experts: dérive autoritaire et mondialisation

les comités d'experts fleurissent dans le le paysage politique français et Européen. Ils résultent des politiques néolibérales imposées par le monde anglosaxon au monde entier. La dérive autoritaire illustre combien la démocratie est incompatible avec l'approfondissement sans limite de la mondialisation anglo saxonne. La présidence Macron illustre ce processus jusqu'à la caricature.

Gouverner par des comités d'expert : le recul de la démocratie , la dérive autoritaire et  mondialisation

A chaque problème son comité d'expert, son conseil ou sa commission. Dans le vieux monde aussi il y avait des commissions.

La différence c'est que les commissions de l’ancien monde étaient composées d'élus et de personnalités d’horizons différents, la diversité d’opinions était la norme. les comités d'experts sont composés de personnes en principe qualifiées, avec le nouveau monde, les membres des comités, conseils ou commissions sont nommés dans la plus grande opacité par l’occupant de l’Elysées ou ses proches.

 Comme l’a souligné le Général Lizuray, (rapport sur la gestion de la pandémie entre janvier et mai 2020) le Président Macron s’entoure de proches qui partagent sa vision du monde. L’absence de règles définissant la composition de ces comités permet au président de sélectionner ses membres selon son bon vouloir, sans avoir à en rendre compte à qui que ce soit ; La démocratie est totalement absente. Pire si le comité d'expert donne un avis différent de celui sollicité par le Président, il n'en tient pas compte, la pandémie du Coronavirus, sa gestion erratique sont un miroir grossissant qui révèle aux yeux de tous les carences de la « gouvernance Macron », comme l'a amplement souligné le rapport du Général Lizuray. Rapport qui a été enterré et jamais publié et diffusé au compte-goutte semble -t-il, , sans doute parce qu'il dérange et met en lumière les dérives de la gouvernance Macron, ses penchants, mais aussi son incapacité à gouverner notre pays de gaulois réfractaire.

Si l’on voulait souligner l’incapacité à gouverner de Macron, on compterait le nombre de comités d’expert qu’il a installés, et on le comparerait aux décisions prises. Les seuls comités d’expert que Macron écoute ce sont les lobbies des oligopoles mondiaux : financiers, de la grande distribution et les lobbies des « nouvelles technologies « ou les institutions dont la France fait partie et auxquels le président se soumet sans réticences: l’OTAN, la Commission Européenne, la Banque centrale Européenne, l’administration américaine. Il ne suffit pas de vouloir être président de la République pour devenir un homme d’état, il faut en avoir les qualités, les crises révèlent les hommes d’état, dans le cas de Macron, le roi est nu ses faiblesses s’étalent au grand jour. Une preuve l’autoritarisme est à l’autorité, ce que le Canada dry est au whisky ! la dérive autoritaire et son ampleur le souligne un peu plus chaque jour.

  • Cette dérive autoritaire est une conséquence directe de la montée en puissance de la mondialisation anglo-saxonne, elle se répand à partir de lois mises en place ou de pratiques managériales définies outre atlantique. Quelques exemples : le Patriot act, suite au 11 septembre 2001, qui s’est diffusé sous formes de lois dans tous les pays dit de démocraties libérales, les pratiques managériales se diffusent en prenant exemple et en reprenant sans esprit critique l’idéologie et les pratiques du management d’outre atlantique. Les consultants et les banques et établissements financiers en assurent la mise en place.
  • les consultants d’outre-Atlantique McKinsey & Company, The Boston Consulting Group, Inc. Deloitte Consulting LLP, Bain & Company. Oliver Wyman, EY-Parthenon. Putnam Associates. PricewaterhouseCoopers Advisory Services ….
  • Les banques d’investissement: Goldman Sachs, Morgan Stanley, JP Morgan, Evercore (Black rock), Lazard, Bank of America, …
  • Ces entreprises sont les maîtres d’œuvre de la mise en place de la mondialisation néolibérale.
  • Macron est un communiquant, il considère que la politique c’est la rhétorique, ce sont d’ailleurs les grands de la communication qui ont investit le monde politique grâce à la mondialisation. la publicité et le marketing font vendre les produits de consommation, poussent à la consommation, au point que des produits sans attrait  se vendent dans le monde entier un exemple Coca cola, une boisson qui donne soif, qui fait grossir et contient de la coca, qui provoque l’addiction, ou la bière Budweiser qui est  à la bière ce que le Canada dry est au Whisky, à ce propos un rappel Budweiser est le nom d’une des meilleurs bières, elle est tchèque et vient de Budvar, le brasseur américain Anheuser Busch s’est approprié le nom de la bière tchèque pour en faire le nom de sa bière.

Les batailles juridiques autour du nom, Budweiser qui est aussi une marque, illustre mieux qu’une longue analyse ce qu’est la mondialisation anglosaxonne : la mise en place de la loi du plus fort par la loi qui appuie une politique de conquête des marchés et des zones d’influence pour ce qui est de l’administration américaine. Quelques exemples, le Patriot act déjà évoqué, les boycotts décidés unilatéralement par l’administration américaine en s’appuyant sur l’extraterritorialité du droit des Etats unis ( en invoquant l’utilisation du Dollar), la politique agressive de l’administration américaine  sous l’influence du complexe militaro industriel à l’égard d’états déclarés ennemis de l’hyperpuissance (les états voyous) : la Russie et la Chine, mais aussi le Venezuela, l’Iran, la Corée du Nord, et la protection dont bénéficient les fauteurs de troubles ou plutôt ceux qui créent entretiennent des conflits régionaux : Israël, l’Arabie saoudite (Yémen), la Turquie, ou encore l’extension de la guerre au nom de la démocratie et de la liberté pour envahir un pays : L’Afghanistan, l’Irak, Lybie,  instrumentaliser des conflits : République du Congo (ex Zaïre) et chez ses voisins Ruanda, Soudan, Ouganda, Ethiopie,  Sahara Occidental, mais aussi des révolutions pacifiques au nom de la démocratie et des droits de l’homme : Ukraine , Biélorussie, les printemps arabes…Rappelons aussi pour mémoire l’utilisation de l’extra territorialité du droit anglosaxon pour sanctionner des entreprises Européennes et pour les racheter à vils prix lorsque le gouvernement se fait complice et facilitateur de cette politique : Alsthom, Technip, Alcatel, … Alsthom il est bon de rappeler que cela a donné lieu à une bataille entre le ministre de l’économie Arnaud Montebourg et le secrétaire général de l’Elysées E. Macron, bataille remportée avec l’aide du Président Hollande, par E. Macron qui devint ministre de l’économie et chacun connaît la suite.

 

Emmanuel Macron est le fondé de pouvoir de la mondialisation anglosaxonne, il ‘a ouvertement déclaré lors de sa campagne électorale de 2017 : il est président des oligopoles mondiaux pour adapter notre pays à la mondialisation. La pandémie est instrumentalisée pour accélérer ce processus et non le freiner, les deux confinements au plan industriel et commercial font des gagnants : les plateformes des oligopoles que sont Amazon, Uber, et autres, mais aussi les grands groupes de la distribution et de la restauration , hôtellerie et des services. Quels sont les entreprises du commerce, des services, de la restauration, de l’hôtellerie qui vont pouvoir survivre, très peu d’indépendants, pire ceux qui seront en faillite cèderont à vils prix leurs entreprises aux grands groupes à l’affut de la bonne affaire. C’est ainsi qu’un mode de vie à la française en sortira affaibli avec la disparition progressive des lieux de convivialité que sont les cafés, restaurants, librairies, disquaires, lieux de culture. Soyons certains que Blackrock(2) saura soutenir les oligopoles mondiaux dans leurs investissements post pandémie en en France et en Europe. Ce n’est pas la Commission Européenne qui les freinera elle est l’un des rouages essentiels de la soumission du continent à la mondialisation anglo-saxonne. la loi du plus fort s’exercera sans limite au nom de la loi du marché, de l’extra territorialité du droit anglosaxon, et de l’appui de l’administration américaine et de ses relais : l’OTAN, et les différents lobbies qui font l’opinion en Europe.

 

 

  • 1) Ce détournement de nom a donné lieu à de multiples procès en Europe, mais Budweiser exerce la loi du plus fort et conserve le nom détourné aux dépens du brasseur tchèque Budweiser de Budvar, fondée en 1895.(Wikipédia). Anheuser Busch a profité de la guerre froide pour s’approprier définitivement le nom Budweiser. Le brasseur tchèque depuis les années 90 a lancé de multiples procédure s pour avoir le droit de vendre sa bière Budweiser sous son nom Budweiser, Anheuser Busch étendu son marché au monde entier grâce à la mondialisation anglo-saxonne, s’est arrogé le nom de Budweiser sans autre justification que la loi du plus fort. Un rappel historique : dés le début du XX° siècle les bières tchèques Budweiser et Pilsner étaient vendues aux Etats Unis et prisées par les connaisseurs. C’est ainsi que Anheuser Busch a commencé à détourner le nom de Budweiser en le déposant comme marque sur son marché des Etats unis et Canada pour en exclure son concurrent Tchèque Budweiser . Ce fut le début d’une longue bataille juridique, qui donna raison à Anheuser Busch sur son marché domestique en 1907 (Canada Usa)!
  • Le jugement de l’époque avait été de cantonner le nom de Budweiser à leur continent d’origine, Anheuser obtenait le droit d’utiliser le nom de Budweiser sur le continent nord-américain et Budweiser Budvar sur le continent Européen.
  • La guerre froide représenta une aubaine pour Anheuser Busch puis la mondialisation des marchés ont été instrumentalisées lui permettant de déposer la marque Budweiser partout dans le monde.  Dès les années 90d Budweiser de Budvar, l’original, a intenté des procès à Anheuser Busch pour non-respect du jugement de 1907. Il aura fallu attendre 2002,  pour Budweiser Budvar ait le droit de vendre sa bière sur le continent nord-américain !après 62 d’absence !Budweiser Budvar a dû attendre 2010 et un jugement de la cour Européenne de justice, pour que Anheuser Busch ne puisse plus prétendre utiliser exclusivement le nom Budweiser en Europe, Budweiser Budvar ayant prouvé que son existence en Europe précédait celle d’Anheuser Busch Budweiser.
  • Cela laisse rêveur sur le respect du droit dans le monde anglosaxon.  le monde anglosaxon est fondé sur  le droit coutumier, qui a l’avantage  de permettre  la justification du droit du plus fort.
  • 2) pour en savoir plus lire « Larry et moi » de Denis Robert comment BlackRock nous aime, nous surveille et nous détruit Massot éditions (octobre 2020)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.