Jean Bachèlerie

retraité

Toulouse - France

Sa biographie
 Passionné par l'histoire, l'économie, la finance, la vie politique depuis l'âge de 9 ans au milieu des années cinquante.élu du personnel, militant syndical, spécialisé dans la souffrance au travail, la mondialisation et les méthodes de management, les conséquences sociales. 
Son blog
70 abonnés témoignage
Ses éditions
Voir tous
  • « Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne so

    Par
    les analphabètes, les riens,  les fainéants, les cyniques, les  extrêmes, les gagnants, les millionnaires. Un président qui classe ses concitoyen(ne)s en catégorie aussi simplificatrice et caricaturale, dispose -t-il d'une pensée compliquée. le mépris est il devenu une méthode de management gouvernemental? Parler de l'étranger pour stigmatiser, exclure, diaboliser?
  • Le grand remplacement ou la grande invasion  …

    Par
    Certains médias décomplexés parlent de grand remplacement. Ne nous laissons pas manipuler, ce qui se joue c'est la grande invasion, c'est le remplacement de nos valeurs fondamentales par une société dominée par un individualisme forcené, en fait l'égoïsme, l’argent devenue la mesure de toutes choses, la cupidité érigée au rang de valeur fondatrice. Ce modèle social ne vient pas de nulle part.
  • Confiance, autorité, légitimité

    Par
    La République et la démocratie nécessitent la confiance entre les citoyens, une majorité d'entre eux et leur président. Un président qui impose son pouvoir, son autorité, est un président faible, l'autoritarisme est un signe de faiblesse. le président Macron confirme les craintes évoqués par les esprits lucides. Les dérapages d'E Macron cache mal, son arrogance et son mépris de l'autre.
  • E Macron libéral ?

    Par
    derrière un sourire et un discours lénifiant, E macron met en place une politique autoritaire, il est bien décidé à casser la démocratie, ses élus, pour faire place à la technocratie et à une administration convaincue ou soumise. Le conflit avec le Général de Villiers et le "débat" sur la loi travail souligne le refus d'écouter une autre voix que celle du néolibéralisme autoritaire.
  • loi travail: la multiplication des "rien"

    Par
    les recommandations de: M.Villeroy de Galhau, Commission Européenne, gouvernement Merkel/Gabriel sont dans l'air du temps, il faudrait 'accélérer les réformes structurelles, doux euphémisme, pour signifier casse sociale, flexibilité, temps partiel... pour accroître le salariat pauvre
Voir tous