Pour José Afonso, concert live ce soir sur Mediapart

Mediapart retransmettra en direct, mercredi 21 novembre à 20h30, le concert en hommage à José Afonso au Théâtre de la Ville. Et offre dix places à ses lecteurs pour assister à la représentation. Sous la dictature de Salazar et Caetano (1932-1974), José Afonso fut l’une des voix les plus écoutées au Portugal. Diffusée dans la nuit du 25 avril 1974, la chanson « Grândola » donne le signal de la Révolution des Œillets.

José Afonso - Os Vampiros (ao vivo no Coliseu) © José Eduardo Madeira Celeiro Diniz Rebelo
Mediapart retransmettra en direct, mercredi 21 novembre à 20h30, le concert en hommage à José Afonso au Théâtre de la Ville. Et offre dix places à ses lecteurs pour assister à la représentation. Sous la dictature de Salazar et Caetano (1932-1974), José Afonso fut l’une des voix les plus écoutées au Portugal. Diffusée dans la nuit du 25 avril 1974, la chanson « Grândola » donne le signal de la Révolution des Œillets.

Vie, œuvre, action de José Afonso ont préludé à la Révolution des Œillets, la forge de l’Histoire. Il s’investit ensuite, corps et âme, dans la défense du pouvoir populaire pour que ce soit le peuple qui commande. Qui a entendu une fois le chant de ce pète, de cet artiste généreux autant que chaleureux le porte en soi comme la voix d’un ami.

 Au terme d’une enfance partagée entre Portugal, Angola et Mozambique, et d’études secondaires et universitaires à Coimbra, José Afonso  commence à chanter en 1949. Il a vingt ans ; il ne cessera guère, quelque soient les difficultés, d’exercer cet art. Du fado lyrique de Coimbra,  il évolue vers la ballade ;  à partir du début des années soixante, il s’engage dans « la chanson d’intervention politique ». En ces temps de censure et de répression, ces chansons, diffusées par les radios d’Alger et de Conakry, sont écoutées en cachette.

José Afonso est, sous la dictature de Salazar et Caetano (1932- 1974), l’une des voix les plus écoutées par les opposants au régime. Une voix rebelle quand, officiellement, Amalia Rodrigues règne sur les scènes. Diffusée dans la nuit du 25 avril 1974, « Grândola », l’une des chansons du proscrit, donne le signal de la Révolution des Œillets. Reprise dans tout le pays, elle devient un hymne. Célèbre auprès du grand public, au Portugal comme à l’étranger, son auteur ne cède  pas à la tentation du vedettariat ;  sa fonction est d’une autre nature, éveiller les consciences.

 José Afonso choisit la chanson comme arme politique ; orfèvre, il en cisèle la forme artistique, textes et musiques. Poète, il affine son style au fil du temps, et, quand aux métaphores se substitue un langage plus direct et plus incisif, la langue ne s’appauvrit pas pour autant. Par ailleurs, José Afonso chante les mots des autres : de Aires Nunes (XIIIème siècle) au contemporain Manuel Alegre en passant par Luis de Camoes (XVIème siècle), mais également l’espagnol Lope de Vega (XVIè – XVIIè siècles) ou l’allemand Bertolt Brecht… Pour assurer l’impact de ses paroles, souvent poétiques, il imagine de solides mélodies, soutenues par des rythmes efficaces, à l’occasion, inspirés de la tradition populaire du centre du Portugal, ou bien par l’Afrique voire, le Brésil. Sa voix séduit d’emblée ; elle traduit une vive sensibilité et exprime toutes les nuances de l’émotion.

Intellectuel, ce francophone émérite, est professeur de portugais, d’histoire et de philosophie dans les lycées du Portugal puis, du Mozambique, de 1964 à 1967. En 1968, il est chassé de l’enseignement pour raisons politiques… Il vit alors de leçons particulières et de son activité musicale ; celle-ci, soumise aux   tracasseries et aux avanies des autorités, se déroule dans la clandestinité. Au cours des cinq années qui précèdent la Révolution des Œillets, il pratique la pédagogie du chant et de la parole, activité propice à la prise de conscience politique de ses disciples. Le 29 avril 1973, il est embastillé à la prison de Caxias.

Après le 25 avril 1974, il se consacre à une chanson qui reflète les évènements politiques et s’investit - et s’épuise- dans la défense du pouvoir populaire : campagne de « dynamisation culturelle » et mouvement des coopératives. Après quelque répit, il poursuit sa tâche d’éveilleur de conscience, voire de provocateur, dans un Portugal alors gouverné à droite : chansons-documents, écriture automatique,  mots empruntés à Michelet ou à Reich… Sans délaisser le langage direct de la chanson destinée à informer, il tend, depuis quelques années, à user d’un langage plus métaphorique.

En novembre 1981, il offre une série de cinq récitals au Théâtre de la Ville. Quelque temps plus tard, victime d’une incurable maladie, il se trouve fort démuni. Le 28 janvier 1985, le Théâtre de la Ville organise, en son honneur et à son profit, une soirée destinée à recueillir quelques fonds, avec Paco Ibanez, le Cuarteto  Cedron, Gilbert Laffaille…

Auteur de quatorze disques, José Afonso s’éteint le 23 février 1987. Sa dépouille repose au cimetière de Setubal : une sépulture modeste, à son image.

C’est la mémoire de cette voix rebelle et de cet éveilleur de conscience que le Théâtre de la Ville célèbre : soirée en son hommage, sous la direction musicale de Julio Pereira, à ses côtés sur scène, en novembre 1981, à laquelle participent Francisco Fanhais, un autre de ses compagnons, Joao Afonso, son neveu, chanteur lui aussi, l’illustre interprète de fado Antonio Zambujo, la talentueuse chanteuse cap-verdienne Mayra Andrade et, Yara Gutking, voix de l’ensemble de Julio Pereira.

Jacques ERWAN

En pratique

Soirée Jose Afonso, mercredi 21 novembre 2012 au Théâtre de la Ville. Retransmisssion en direct et en accès libre sur Mediapart.

Pour bénéficier d'une des dix places offertes: invitations@mediapart.fr

Plus d'infos sur le site du Théâtre de la Ville (Paris).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.