Crise et tendance bio

Analyser la crise comme celle de la surconsommation profite-t-il aux magasins bio, éthiques ou écolo ? On pourrait le croire si on considère que la clientèle est aisée. Sauf que comme n'importe quel magasin qui propose des produits facilement substituables à des prix élevés, les magasins bio pâtissent de la crise... en partie. «On observe le même nombre de personnes, indique une vendeuse d'AGG Bootik, une enseigne de commerce équitable, mais le panier moyen a diminué.» «On vend beaucoup moins» poursuit Artisan du monde, association qui vend des produits issus également du commerce équitable.



Car dans ce type de magasins, les clients sont fidèles. «On a moins ressenti la crise parce que les gens viennent parce qu'il y a une âme derrière le produit» explique M. Malavielle, gérant du magasin Alter Mundi, qui vend des produits déco éthiques . «On va chercher la qualité, et il faut qu'il y ait une éthique. C'est ce que les clients viennent chercher ici, sinon ils iraient chez Auchan» confirme la gérante d'"une souris verte", boutique de maternage naturel.
La crise a-t-elle attirée de nouveaux clients en boutique ? «oui dans le sens où depuis la crise les mécanismes de consommation ont évolué, on fait beaucoup moins d'achats spontanés, les actes d'achats sont plus réfléchis. Mais ce n'est pas la crise qui va transformer les habitudes de ceux qui ne sont pas sensibilisés.» estime une responsable de la boutique Ekyog, qui vend des vêtements écologiques. A Bio et Chic, on avoue que les couches lavables se vendent bien depuis le début de la crise. Elles reviennent moins chères que les couches jetables.
Alors, la crise, un moyen de changer son comportement aussi coté boutique ? A Alter Mundi, on a cherché à se developper, à s'agrandir, toujours aux normes environnementales. «Quand il y a une crise, il faut savoir s'en sortir et innover, avoir quelque chose de nouveau, c'est le moment de faire des travaux pour que les gens soient attirés». AGG Bootik agit finalement comme ses clients : il réfléchis à deux fois avant de faire un achat important et préfèrent les petits objets. Et puis dans les boutiques basées sur du commerce équitable, impossible de baisser les prix. Ce serai renier le principe sur lequel ils sont basés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.