La crise par intermittence

Rencontre, à la Maison Folie de Wazemmes à Lille, avec trois techniciens qui se faufilent, encore, à travers la crise. Ce sont les rois du petit boulot, les spécialistes du travail par intermittence. Des artistes, des techniciens qui profitent d'un régime spécial de l'assurance chômage. Entre précarité et liberté, les intermittents du spectacle ont toujours représenté la variable d'ajustement du monde artistique. Dans les théâtres comme dans les usines, on sous-traite, on externalise, et on fait appel à ces ouvriers de la culture. Alors la crise...
Intermittents © Esj Lille
Intermittents © Esj Lille
Intermittents © Esj Lille

Rencontre, à la Maison Folie de Wazemmes à Lille, avec trois techniciens qui se faufilent, encore, à travers la crise. Ce sont les rois du petit boulot, les spécialistes du travail par intermittence. Des artistes, des techniciens qui profitent d'un régime spécial de l'assurance chômage. Entre précarité et liberté, les intermittents du spectacle ont toujours représenté la variable d'ajustement du monde artistique. Dans les théâtres comme dans les usines, on sous-traite, on externalise, et on fait appel à ces ouvriers de la culture. Alors la crise...

Rois de la débrouille, les techniciens sont habitués à négocier chaque contrat, chaque heure de travail. Quand les subventions publiques baissent, on file dans le privé. Pour arrondir ses fins de mois, on fait un peu d'événementiel. Et quand les entreprises limitent leur budget com', on retourne dans le culturel. Tout est une question de mobilité, de réseau.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.