Rencontre avec Daniel Pennac

Vendredi 12 décembre, l'association de lecteurs Les filles du loir reçoit Daniel Pennac. C'est l'occasion pour votre corps de vivre une nouvelle expérience ! 

Daniel Pennac Daniel Pennac
Déjà se pointe la mi-décembre. Mais décembre n'est pas votre ami : il fait humide, frisquet et les poils de vos bras et d'ailleurs, par bonheur rescapés de la lente dégradation du primate arboricole en urbain des trottoirs asphaltés, se hérissent sous les vêtements que vous croyiez chauds. Le ciel parisien pèse comme un couvercle sur vos épaules contractées de frissons de saison et vos fesses toujours un peu frileuses ne rêvent que de la tiédeur d'une couette et de la caresse d'un amour. C'est vendredi, ce jour où, enfant, votre estomac refusait le poisson qu'on ne sert plus à la cantine. Vous avez grandi. Le premier soir du week-end, votre échine d'adulte bien élevé se redresse à la perspective des deux jours de congés payés hebdomadaires qui vous sont alloués. Comme vous êtes d'un naturel angoissé, vous hésitez : l'ours qui est en vous réclame l'hibernation, le singe voudrait de l'amusement, le cochon a ses idées et le sapiens sapiens impose un peu de sagesse, malgré tout. Que faire ? Heureusement, vos pieds ne sont pas bêtes. Il connaissent le chemin, le reste du corps n'a qu'à suivre. Rue Oberkampf, dans le onzième arrondissement, c'est là. Une librairie à la devanture orange dont vos mains un peu engourdies par le froid poussent la porte. Il est sept heures moins cinq, ce vendredi 12 décembre 2014 et vous ne savez pas pourquoi votre cerveau se met à calculer précisément votre âge : nombre d'années, de mois, de jours. Il fait doux dans la librairie où les livres, chauds comme des pains qui sortent du four, sentent bon l'encre et le papier. Vous ne pouvez empêcher vos doigts de caresser la douceur des couvertures lisses, le grain des pages, de soupeser les volumes avant que vos yeux n’attrapent quelques phrases à la volée. La présence des livres et des libraires vous réconforte, vous sentez votre corps se réchauffer, votre tête s'aérer. Là-bas, au fond, un peu à gauche après le rayon des BD, vos pieds vous engagent dans l'escalier. Vous descendez et découvrez une salle aux murs blancs sur lesquels Isabelle, la libraire, à disposé les œuvres d'une exposition. Il y a déjà du monde, les filles du loir sont là, toutes les quatre et vous accueillent : Delphine, Gabrielle, Marine et Stéphanie. Elles ont tout organisé, tout prévu, même la chaise sur laquelle vous allez poser le bas sacré de vos reins. Autour de vous sont réunis des lecteurs, dignes représentants d'une espèce que vous pensiez en voie de disparition, qui s'ébattent ici dans leur milieu naturel. Certains tripotent un livre de poche à la couverture illustrée par Tardi. Ce sont les adhérents de l'association, qui ont reçu le roman et l'ont lu ou relu : Journal d'un corps, de Daniel Pennac. Soudain, un petit groupe bavard qui vous bouchait la vue se délite, car chacun va s'asseoir, on va commencer. Vous découvrez le visage de l'écrivain, dont le corps est là, dans le même espace que vous. Vous êtes curieux, très intéressé, et reconnaissant envers Daniel Pennac d'être venu à votre rencontre. Pendant une heure et demie vous allez écouter parler et intervenir aussi sur la lecture, l'écriture, la création ou bien d'autres sujets qui surprendront vos oreilles. Vos muscles tressaillent de plaisir, vos nerfs se détendent, vous souriez. Léger, vous en oubliez presque que vous avez un corps.

Vendredi 12 décembre 2014 à partir de 19h Les Filles du loir et la librairie l'Imagigraphe reçoivent Daniel Pennac à la librairie l’Imagigraphe 84 rue Oberkampf 75011 Paris. L’auteur du Journal d'un corps signera ses livres qui seront disponibles sur place. 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.