Une fois n'est pas coutume, je me permets de renvoyer ici vers le billet  intitulé "STOP DSM - Avertissement d'incendie" que j'ai publié dans mon blog en octobre dernier. Ce billet est du reste à l'origine de la présente édition tant il est évident et flagrant que nombre d'atteintes aux libertés fondamentales dans notre pays et dans les pays occidentaux passent par le sort réservé au traitement de la folie.

Le plus grand péril actuel en matière de libertés individuelles et collectives se concrétise dans la très prochaine instauration en psychiatrie du DSM V.

La lutte  contre ce détestable et dangereux  DSM V est un long combat, mené dans le monde entier contre l'hégémonie imbécile d'une vision scientiste et d'une conception profondément réactionnaire de l'humanité et de l'esprit humain en général, de la folie et de la psychiatrie  en particulier.

La politique scélérate de sarkozy qui visait à criminaliser la folie cf (En France, les Innocents vont en prison ), et dont il faut souligner que pour l'heure Hollande n'y a rien changé, s'accomode parfaitement de ce DSM V, manuel de pilotage automatique dicté par une industrie pharmaceutique toute-puissante à une psychiatrie qu'elle espère réduire à un statut subalterne.

Une récente et très remarquable intervention sur France Info du psychiatre et psychanalyste Patrick Landman qui est à la pointe de ce combat en France mérite d'être écoutée attentivement: elle est ici.

Nous ajouterons ceci: surtout ne vous y trompez pas. Sous l'apparence d'un document réservé aux seuls spécialistes se joue en réalité une affaire profondément politique. Elle concerne chacune et chacun d'entre nous. Son urgence est immédiate.

L'entreprise de contrôle et de coercition qui a fait de ce DSM V une véritable arme de guerre civile, une arme subversive, qui fonctionnerait par ordonnances aux mains de fonctionnaires en blouses blanches enfin réduits aux ordres, est sur le point de devenir opérationnelle.

C'est votre affaire, c'est notre affaire à tous.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Le recours trop systématique et mécanique au DSM a aussi l'inconvénient de transformer les gens en malades imaginaires (notamment les enfants) car le DSM V a, semble-t-il, ajouté un certain nombre de "troubles" qui raisonnablement n'en sont pas.

On va finir par "enfermer" n'importe qui avec un vernis scientifique ! Ce qui serait un retour de la loi de 1838 (loi des aliénés qui, en France, permettait à n'importe qui de mettre à l'asile un membre de sa famille pour folie... loi qui a été définitivement abolie au début des années 1990 !!!).

C'est vraiment très dangereux pour les droits fondamentaux de chacun, pour la santé de chacun (avaler des médicaments tout le temps n'est pas forcément bon) et pour la Sécurité Sociale (les médicaments, ça coûte).