Silvagni
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Avertissement d'incendie

Suivi par 24 abonnés

Billet de blog 27 févr. 2013

TUNISIE: MILLE PROCÈS CONTRE LA RÉVOLUTION

Silvagni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des milliers de procès : voila la trouvaille des obscurantistes au pouvoir en Tunisie contre la Révolution de Jasmin.

Tout en étant parfaitment hypocrite - il s'agit de couvrir leurs persécutions d'un voile de légalité - les islamistes tyranniques au pouvoir en Tunisie ont été rechercher dans le long catalogue des exactions d'Etat commis par les pouvoirs totalitaires et ont exhumé la persécution judiciaire. Une recette bien connue qui a fait ses preuves. Toutes celles et ceux qui ont lu le texte de la pétition de soutien à Raja Ben Slama -  qu'il est encore temps de signer - avaient pu deviner à quel genre de violence judiciaire et étatique les opposants au régime actuel doivent faire face. 

L'article suivant signé de Hella Habib est publié en ligne sur le site de La presse. tn :  il trouve tout naturellement sa place dans cette édition "Avertissement d'incendie" et nous le reproduisons in extenso.

Nous remercions la Société Internationale d'Histoire de la Psychiatrie et de la Psychanalyse (SIHPP) en première ligne sur le soutien à Raja Ben Slama, de nous l'avoir signalé.

Tunisie: Raja Ben Slama vs Habib Khedher - Des procès en cascade

PAR HELLA HABIB, 26 FÉVRIER 2013

Raja Ben Slama convoquée jeudi 28 février au tribunal de première instance .Un autre procès oppose cette fois-ci l'universitaire et militante Raja Ben Slama à Habib Khedher, rapporteur général de la Constituante. Ce procès est venu se joindre à des centaines d'autres, voire des milliers, ouverts après la révolution.

C'est dire que les composantes de la société tunisienne n'arrivent plus à se parler que par tribunal interposé. Cette fois-ci, c'est le brouillon de la constitution qui est objet de discorde entre les deux parties, ayant débouché sur une plainte déposée devant la justice.

Aujourd'hui se tient un meeting en faveur de Raja Ben Slama à la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba. Une protestation organisée par l'Association tunisienne de défense des valeurs universitaires et par le syndicat de base de la faculté. Raja Ben Slama fait l'objet d'un mandat d'amener et de poursuites judiciaires.

Des pétitions de soutien, à l'instar de celle signée par les universitaires tunisiens, circulent à travers le monde. Le procès intenté contre elle est considéré comme une nouvelle instrumentalisation de la justice, visant méthodiquement l'élite intellectuelle du pays.

La plainte déposée par le rapporteur général de la Constituante Habib Khedher porte sur un délit d'opinion et basée sur une loi abrogée après la Révolution.

Le déroulement des faits

Les faits remontent à quelque temps, quand les constituants Mourad Amdouni et Selma Baccar, respectivement membre et vice-présidente de la commission constitutive Droits et Libertés, prennent à partie Habib Khedher en l'accusant explicitement d'avoir falsifié un article du rapport de ladite commission. L'objet de controverse est l'article 26 qui édicte que la libertés de création, d'expression et de pensée est garantie, comprenez dans l'absolu et sans restrictions.

C'est la version votée par onze voix contre dix-- une des rares fois où les démocrates obtiennent gain de cause-- et transmise à la commission de coordination et de rédaction.

Or les députés constatent dans la version retournée le déplacement de certaines libertés dans un autre alinéa, pour être accolées à la liberté de presse, et soumises par voie de conséquence à un certain nombre de restrictions.

Dans la nouvelle version, les libertés étant garanties à condition de ne pas porter atteinte à la santé publique, à la sécurité publique et à la morale.

Mourad Amdouni explique à La Presse que lui-même et Selma Baccar ont accusé le rapporteur général, en sa qualité de membre de la commission de coordination et de rédaction, d'avoir falsifié le texte et outrepassé ses prérogatives, «ils n'ont pas le droit de toucher au fond, leur rôle se limite à apporter des rectifications grammaticales, s'il y a lieu.

Rien n'autorise le rapporteur à modifier une version déjà adoptée».Mourad Amdouni annonce à La Presse qu'il dispose de documents faisant foi et s'est dit prêt à témoigner pour soutenir Raja Ben Slama. Elle en aura peut-être besoin !

L'élite intellectuelle serait-elle le point de mire ?

Raja Ben Slama est convoquée au bureau N°3 du tribunal de première instance, ce jeudi 28 févier, pour être écoutée. Entre-temps, sa liberté de circulation n'est plus compromise. Ce rebondissement vient à la suite d'une intervention de l'universitaire sur le plateau de la télévision privée Hannibal, pour s'exprimer sur les libertés culturelles.

En se basant sur la séquence vidéo montrant le rapporteur général en train de lire la nouvelle version «falsifiée» et les réactions furieuses des deux députés, l'universitaire a jugé que ces délimitations privatives imposées aux libertés de création sont tout à fait «ridicules». Elle a critiqué ouvertement l'intervention «supposée» de Habib Khedher sur le texte du brouillon de la constitution.

«Je suis jugée sur un délit d'opinion, a-t-elle déclaré à La Presse, et le mandat d'amener lancé à mon encontre est très déplacé et humiliant. Je ne suis pas dangereuse pour la société, je n'ai pas volé et je n'ai pas incité à la violence. Mais ces actions participent au mépris organisé contre l'élite du pays.

L'ex-Premier ministre Hamadi Jebali n'a-t-il pas déclaré «nakbetna fi nokhbetna», notre élite est responsable de notre débâcle. Il faudra aussi placer mon affaire en relation directe avec celle du doyen Habib Kazdaghli, a-t-elle estimé, qui est traîné depuis plus d'une année devant les tribunaux».

Raja Ben Slama fait observer que chaque citoyen a le droit d'évaluer le travail du rapporteur général, et que personne n'est sacré, ni intouchable, ni donc au-dessus de la loi. «Je ne m'excuserai pas», a-t-elle lancé, en guise de conclusion.

Joint par La Presse, Habib Khedher s'est dit ne pas pouvoir s'exprimer sur le procès. Sa position a été postée sur sa page officielle hier en fin d'après-midi.

Le rapporteur général considère injustes les accusations dont il fait systématiquement l'objet, et estime qu'il est de son droit de se défendre et de défendre l'ANC «qui croule, sous les accusations de toutes sortes».

Personne n'est au-dessus de la loi, a-t-il fait valoir, et chacun doit répondre de ses paroles et actes, quelle que soit sa positon sociale.

Son avocat, Me Mourad Laâbidi, a confirmé dans une déclaration la plainte portée contre l'universitaire en ajoutant que Raja Ben Slama a porté atteinte à la personne de M. Khedher «en disant qu'il a des problèmes de moeurs».

L'avocat considère qu'on ne peut pas lancer impunément à l'encontre des gens des accusations aussi graves sans conséquences.

Ainsi, force est de constater que ces pléthoriques actions en justice au lieu de laisser penser à une vivacité retrouvée de la vie politico-judiciaire participent au contraire à renforcer une ligne de fracture de plus en plus clivée de la société, et à renforcer également le pouvoir juridictionnel. La question est de savoir : se dirige-t-on patiemment mais sûrement vers la République des juges ?

HELLA HABIB

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau