Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bec Bunsen

Suivi par 3 abonnés

Billet de blog 7 mars 2010

Mais qui est le meilleur joueur de tous les temps?

Qui court le plus vite? Jesse Owens ou Usain Bolt? Facile: le Jamaïcain a couru le 100 m en 9 s. 58 en 2009 alors que l'Américain n'est pas descendu en dessous de 10 s 3 (mais en 1936, devant Hitler).

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Qui court le plus vite? Jesse Owens ou Usain Bolt? Facile: le Jamaïcain a couru le 100 m en 9 s. 58 en 2009 alors que l'Américain n'est pas descendu en dessous de 10 s 3 (mais en 1936, devant Hitler).

Au sprint, sur les Champs-Elysées, qui l'emporterait? Copi ou Armstrong? Et qui peut croire que Federer n'écraserait pas l'imbattable Borg?

C'est une règle sans exception: les champions d'aujourd'hui ont tous de meilleurs résultats, question d'entraînement, de préparation physique, de technique, de matériel, d'alimentation et parfois aussi de dopage, plus efficace, plus discret, plus dangereux.

Les records progressent sans cesse, même s'il est probable qu'un jour prochain ils se tarissent. C'est la thèse développée par un chercheur de l'Inserm, Jean-François Toussaint, qui a étudié les records du monde en athlétisme, natation, cyclisme, patinage de vitesse, haltérophilie depuis la création des Jeux olympiques en 1896 (3.623 homologués). S'appuyant sur le fait que ces exploits deviennent de moins en moins fréquents et le gain de plus en plus faible, notamment de depuis 1968 (sans rapport, je crois, avec l'esprit du même nom), il estime que les limites physiologiques du corps humain seront atteintes en 2027. Ceci étant dit, il chiffre à 9 s 67 le temps plancher vers lequel convergent les coureurs de 100 m. Hors Usain Bolt est descendu en 2009 à 9 centième sous ce chiffre.

Mais là n'est pas le propos: comment comparer des performances accomplies à des époques différentes en faisant abstraction des «améliorations» pharmacuetico-sportives? C'est à cette question que ce sont attaqués des statisticiens de l'université de Boston, sur un sport largement incompréhensible: le base-ball. Leur idée: déterminer la tendance sur 90 ans (1920-2009) des statistiques de coups sûrs (hits), circuits (home runs), points produits (runs batted in), retrait sur 3 prises (strike out), etc. et ôter ce gain conjoncturel pour déterminer en quelque sorte ce que l'athlète ne doit qu'à lui-même.

Muni de cette méthode, ils ont donc reclassé les joueurs en fonctions des statistiques obtenues. Et sont parvenu à une conclusion étonnante: ces performances individuelles sont stables dans le temps et inférieures à l'amélioration globale des résultats. Ainsi, parmi les 50 premiers de leur classement des home runs par saison, il n'y a pas un seul joueur ayant pratiqué après 1950. Même les 73 circuits de Barry Bonds (Giants) en 2001 ou les 70 de Mark McGwire (Cardinals) en 1998 — pourtant très suspects — ne parviennent pas à se faire une place dans la liste, alors que Babe Ruth (Yankees), avec 7 home runs en 1920, occupe la première place... et 7 des 10 premières (dans l'ordre: 7 en 1920, 14 en 1927, 8 en 1921, 13 en 1926, 11 en 1924, 15 en 1928 et 18 en 1931). Toutes choses égales par ailleurs, placé dans les mêmes conditions, il aurait ridiculisé toutes les vedettes actuelles.

© 

Le «détendançage» est aussi utilisé par une technologie développée pour les classements de joueurs de jeux vidéos sur la X-Box de Microsoft par Ralf Herbrich, Thore Graepel et Tom Minka, nommée TrueSkill. Il a été utilisé par un chercheur français de l'Inria, Pierre Dangauthier, pour tenter de connaître la valeur des maîtres d'échec.

© 

A l'issue de ces calculs, il apparaît que Garry Kasparov est bien le meilleur joueur de tous les temps — même devant Vladimir Kramnik, le meilleur Russe actuel. Mais que ce titre lui est disputé par Viswanathan Anand, qui n'est pourtant classé que 5e par la Fédération internationale d'échec.

© 

Mais aussi qu'un grand maître oublié, l'Allemand Louis Eichborn (1812-1882) dépassait de loin les capacités échiquéennes de Paul Morphy, qui jouait en même temps que lui est était considéré comme le meilleur joueur de son temps. Ou qu'il aurait pu rivaliser sans rougir avec Bobby Fischer ou Anatoly Karpov, battre sans aucun doute Spassky et Capablanca — «le joueur le plus talentueux de l'histoire», selon Karpov.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes