Géraldine Delacroix
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bec Bunsen

Suivi par 3 abonnés

Billet de blog 8 avr. 2010

Sediba, les mystères d'une nouvelle espèce

Au commencement était Toumaï, il y a sept millions d'années. Homo erectus a fait son apparition il y a 1,5 million d'années. Depuis deux cent mille ans, Homo Sapiens creuse son sillon. Entre les uns et les autres, sans que l'on sache encore bien la situer – sinon dans le temps – Australopithecus Sediba vient de se faire une petite place.

Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

Au commencement était Toumaï, il y a sept millions d'années. Homo erectus a fait son apparition il y a 1,5 million d'années. Depuis deux cent mille ans, Homo Sapiens creuse son sillon. Entre les uns et les autres, sans que l'on sache encore bien la situer – sinon dans le temps – Australopithecus Sediba vient de se faire une petite place.
Rien de moins qu'une nouvelle espèce, selon les chercheurs qui l'ont découverte, et dont les travaux sont publiés dans la revue «Science» du 9 avril.
Australopithecus Sediba, ce sont deux morceaux de squelettes fossilisés, mis au jour en Afrique du Sud, dans les grottes de Malapa. Ils ont 1,95 à 1,78 million d'années: ce qui les place sur l'échelle du temps un million d'années après Lucy. Mais au moins 1,5 million d'années avant Homo Sapiens. Des contemporains probables d'Homo erectus.
D'ailleurs, eux aussi marchaient debout, estiment les chercheurs, s'appuyant sur les caractéristiques des ossements retrouvés. Et partagent de nombreux traits avec les premières espèces connues du genre Homo, comme par exemple de petites dents et une structure osseuse comparable.

Le crâne fossile découvert en Afrique du Sud. © Brett Eloff (courtesy of Lee Berger and the University of the Witwatersrand)

Où les classer? Quels parents, quels descendants? «Il n'est pas possible de déterminer la position phylogénétique précise (c'est-à-dire la place dans l'arbre généalogique) d'Australopithecus sediba par rapport aux autres espèces des premiers Homo», reconnaît Lee Berger, l'un des auteurs principaux de la découverte. Selon lui, Sediba descend d'Australopithecus africanus, mais possède une façon plus efficace de marcher et de courir. Néanmoins, «cette nouvelle espèce partage plus de traits dérivés avec les premiers Homo qu'avec toute autre espèce connue d'australopithèque». Ces deux squelettes pourraient donc bien être «l'ancêtre de ce genre ou un groupe frère d'un ancêtre proche qui a persisté un moment après l'apparition des premiers Homo».
«Ces fossiles nous offrent un aperçu extraordinairement détaillé sur un nouveau chapitre de l'évolution humaine et nous ouvrent une fenêtre sur la période critique où les hominidés sont passés d'une vie dépendante des arbres à celle, différente, vécue au sol», précise Berger. «Australopithecus sediba s'avère présenter une mosaïque de traits montrant un animal à l'aise dans les deux mondes.»

Une nouvelle étape du passage d'une population plus petite et peut-être plus arboricoles à des individus plus grands et pleinement bipèdes.
C'est en janvier 2008 que Lee Berger, de l'Université de Witwatersrand (Afrique du Sud) et Paul Dirks (Université James Cook, Australie) ont commencé à étudier les fossiles dans les grottes du «Berceau de l'Humanité», un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco –«sediba» signifie «fontaine» ou «source» en sesotho, langue parlée en Afrique du Sud.

Le berceau de l'humanité, c'est ici: des vallées et des falaises, au relief sans doute moins accentué il y a 2 millions d'années © Paul Dirks



Les deux Australopithecus sediba, une femelle adulte et un jeune mâle, ont été trouvés à peu de distance dans une partie de la grotte qui avait été protégée des charognards et dont les fossiles sont ainsi très bien conservés.

«Nous pensons que le milieu où vivait sediba ressemblait dans une large mesure à l'actuel»
, note Dirks. «Par exemple, il s'agissait de plaines herbeuses coupées de vallées plus boisées. Les rivières coulaient toutefois dans des directions différentes et le paysage n'était pas statique mais changeait tout le temps», suggère Paul Dirks.

«Les fossiles se trouvent presque intacts dans les sédiments d'un système de grottes érodé en profondeur», poursuit Dirks. «Ils ont été apportés dans une même vague de dépôt, ce qui indique que les décès ont été très rapprochés et se sont produits juste après que les débris furent emportés jusqu'à leur site d'enfouissement.»

Les chercheurs ont identifié les fossiles d'au moins 25 autres espèces d'animaux, dont des tigres à dent de sabre, un chat sauvage, une hyène brune, un chien sauvage et un cheval. Selon eux, les grottes de Malapa avaient plusieurs dizaines de mètres de profondeur à l'époque où les fossiles se sont formés, et elles ont pu se transformer en pièges mortels pour des animaux cherchant de l'eau.
«Une explication possible à leur entrée dans la grotte est qu'ils ont pu rechercher de l'eau», ajoute Dirks. «On peut penser qu'à l'époque, la région subissait une sècheresse sévère... Les animaux ont peut-être senti l'eau, se sont aventurés trop loin et sont tombés dans des cavités peu visibles dans l'obscurité, ou se sont perdus et sont morts.»

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin