Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 617 abonnés

Billet de blog 3 janv. 2017

Bourdieu au Collège de France, épisode 4

De 1982 à 2001, Pierre Bourdieu a occupé avec éclat la Chaire de Sociologie au Collège de France. Les éditions du Seuil viennent de terminer l’édition de ses enseignements audit Collège, comprenant un Sur l’État (2011), un Manet. Une révolution symbolique (2013), un Sociologie générale volume 1 (2015) et, venant de paraître, un Sociologie générale volume 2, ces deux derniers reprenant les premières années des leçons.

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De 1982 à 2001, Pierre Bourdieu a occupé avec éclat la Chaire de Sociologie au Collège de France. Les éditions du Seuil viennent de terminer l’édition de ses enseignements audit Collège, comprenant un Sur l’État (2011), un Manet. Une révolutionsymbolique (2013), un Sociologie générale volume 1 (2015) et, venant de paraître, un Sociologie générale volume 2, ces deux derniers reprenant les premières années des leçons.

Fallait-il publier ces cours ? Sans nul doute. Réunis, ils représentent un massif extraordinaire où toute une pensée et toute une méthode se donnent à lire en synthèse mémorable mais aussi en aperçus rapides qui tiennent d’une improvisation toute créatrice. Le paradoxe est que Bourdieu, homme de « séminaires », ne pouvait se sentir à sa vraie place dans une institution solennelle et gourmée ; à plusieurs reprises, il revient publiquement au malaise qu’il éprouve à cet égard. En même temps, l’usage qu’il fait de la position rigide dans laquelle il se trouve finit par le servir. C’est d’abord qu’il est contraint de s’ajuster autant qu’il peut à son audience disparate ; c’est ensuite qu’il traite bien souvent ses cours magistraux comme des séminaires en déviant de sa ligne et en multipliant les allusions à l’actualité. Au total, et spécialement avec le nouveau volume, le lecteur s’y perd un peu mais les éditeurs que sont Patrick Champagne, Julien Duval et leur équipe ont veillé à le guider dans son parcours en structurant avec soin la présentation interne et en l’enrichissant de notes explicatives.

Ajoutons que ceux qui ont eu la chance de suivre les cours ou séminaires de Bourdieu (ce n’est pas notre cas) ou simplement de le rencontrer et de l’entendre de temps à autre (c’est notre cas) retrouveront ici, en brefs affleurements, un Bourdieu typique, fait d’intelligence vive, d’impertinence et de sens du paradoxe.

Impossible de donner une idée du contenu de ce Sociologie générale 2 tant les sujets y sont nombreux et s’y entrecroisent. Là où le Sociologie générale 1 reprenait largement et affinait la théorie de l’habitus autant que celle du champ, le présent volume aurait plutôt pour axe la notion de capital à partir de la distinction entre capital économique et capital culturel, ce dernier conduisant à la notion si féconde de capital symbolique.

L’ouvrage revient utilement par ailleurs à quelques-uns des principes qui fondent une doctrine. C’est parfois tous les linéaments d’une théorie qui se voient ramassés en une seule phrase. Et l’on citera par exemple tel passage dense : « Le champ du pouvoir symbolique se constitue donc avec pour fonction propre d’être le lieu d’une lutte pour le pouvoir d’imposer et, dans une certaine mesure, d’inculquer (par l’éducation, le système scolaire) des principes de classement, des catégories de perception, des catégories d’expression, arbitraires, mais ignorées comme telles, donc reconnues comme légitimes. » (p. 803) Tout s’y trouve et en particulier cette légitimité qui ne peut se fonder dans l’optique bourdieusienne que sur un arbitraire.

Au long du volume, les exposés font retour comme inlassablement à l’idée d’habitus autour de laquelle s’agglomèrent maintes notions annexes : soit l’intérêt comme investissement dans le jeu avec toute sa part d’illusio (voir p. 153-165 et p. 556-557) ; soit l’amor fati comme acceptation non problématique d’un destin (voir pp. 266, 309 et 960) ; soit encore la trajectoire en référence au vieillissement social d’une vie ou d’une carrière (voir pp. 890-895). Pour sa part, la notion de champ à laquelle il est également fait retour requiert moins de prolongements, encore que la distinction entre champ de forces et champ de luttes ait toute son importance et que l’on trouve ici une analyse des champs pictural et littéraire en fin du XIXe siècle avec l’apparition d’une autonomie qui glisse facilement à l’anomie.

Au total, c’est peut-être la notion de capital telle qu’elle se décline de diverses façons qui est ici la moins creusée. Certes, le cours permet de voir qu’il n’est d’accumulation du capital que dans l’ordre du temps et telle qu’elle puisse être réinvestie dans la société  : « l’ordre ordinaire des champs sociaux, estime P. Bourdieu, et du champ social comme champ des champs, c’est la continuité fondée sur l’existence de ce que l’on peut appeler d’un mot qui est galvaudé — mais je n’en vois pas d’autre — le « capital » comme ensemble des énergies accumulées par le travail historique et susceptibles d’être réinvesties à chaque moment dans l’ordre social avec des effets sociaux déterminants. » (p. 201).  Au terme de quoi, on trouve les formes diverses du prestige, qui est pouvoir comme il peut se faire valeur sacrée.

Notons encore que les trois références majeures du théoricien sont celles des pères fondateurs que furent Karl Marx, Émile Durkheim et Max Weber. Marx que l’on ne s’attendrait pas à trouver là si souvent ; Durkheim le plus cité et que Bourdieu nous apprend véritablement à lire ; Weber dont il déplore qu’il soit mal et peu traduit à l’époque. Mais il y a aussi ceux que le professeur tient à distance comme Sartre ou Adorno ou bien encore l’interactionnisme, encore que soit salué, quant à ce dernier, l’apport d’Erving Goffman.

Enfin, au début des années 80 qui sont celles du cours 2, Pierre Bourdieu accorde déjà toute une attention à certains écrivains. L’analyse qu’il donne du Procès de Kafka est en tout point remarquable ; Virginia Woolf et sa Promenade au phare sont largement commentés tout comme le Godot de Samuel Beckett ; Proust est cité maintes fois et comme une référence majeure.  Pour Bourdieu, on le sait, les écrivains sont parfois les sociologues les plus perspicaces.

Avec ses 1200 pages, ce Sociologie générale 2 ne se lit pas en continu mais quel bonheur de s’y promener, d’en détacher tel moment de théorie inspirée, d’y pointer tel commentaire improvisé et amusant. Bref, un ouvrage capital, et c’est bien le cas de le dire.

Pierre Bourdieu, Sociologie générale, volume 2. Cours au Collège de France 1983-1986, édition P. Champagne et J. Duval, avec la collab. de Fr. Poupeau et M.-Chr. Rivière, Paris, Seuil/Raisons d’agir, « Cours et travaux », 2016. € 35. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées