Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 618 abonnés

Billet de blog 5 juin 2008

De l'amour : Éric Laurrent

Parlez-moi d’amour. Quoi qu’on en pense, le roman continue à répondre à l’injonction, car il trouve dans le sentiment amoureux sa substance première. Et le roman français d’aujourd’hui, parfois si décrié, parle d’amour avec bonheur, c’est-à-dire en l’inventant ou le réinventant. Allez voir chez Christine Angot, Alain Fleischer, Caroline Lamarche, Camille Laurens, Éric Laurrent.

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parlez-moi d’amour. Quoi qu’on en pense, le roman continue à répondre à l’injonction, car il trouve dans le sentiment amoureux sa substance première. Et le roman français d’aujourd’hui, parfois si décrié, parle d’amour avec bonheur, c’est-à-dire en l’inventant ou le réinventant. Allez voir chez Christine Angot, Alain Fleischer, Caroline Lamarche, Camille Laurens, Éric Laurrent.

Parlez-moi d’amour. Quoi qu’on en pense, le roman continue à répondre à l’injonction, car il trouve dans le sentiment amoureux sa substance première. Et le roman français d’aujourd’hui, parfois si décrié, parle d’amour avec bonheur, c’est-à-dire en l’inventant ou le réinventant. Allez voir chez Christine Angot, Alain Fleischer, Caroline Lamarche, Camille Laurens, Éric Laurrent. Tous réunis autour de la question amoureuse, ils relancent à neuf les relations sentimentales, ils explorent la sphère de l’érotique, ils plient écriture et imaginaire à des pulsions méconnues.

Ici il sera question du très remarquable Renaissance italienne d’Éric Laurrent. Le roman forme un diptyque avec Clara Stern, que l’écrivain fit paraître trois ans plus tôt. Au centre des deux volumes, le même « je », grand coureur, sauteur, hâbleur et champion de l’amour vécu dans l’instant. Il en sait long sur l’intimité des amants dans la chambre. Mais il est en recherche d’une passion si elle veut bien venir, et elle vient deux fois, la première avec Clara Stern, la seconde avec Yalda Apadana. Contraste à cet endroit : la première expérience échoue, la seconde réussit et au-delà. L’on s’en tiendra ici au plus récent volume qui conjugue l’érotique et le langagier de façon éblouissante. On y trouve, d’une part, le récit d’une gestation affective qui reconduit de façon imprévue la primitivité de l’acte amoureux. On y a, de l’autre, le mouvement d’une écriture qui, démarquant des styles connus avec un brio éclaboussant, épouse l’expérience des sens et du cœur jusqu’au plus intime. Donc une œuvre biface et procurant deux plaisirs, les uns et les autres étroitement liés.

On sait Laurrent amateur de belle langue. Il s’en donne ici à cœur joie. Or, la manière d’écrire dont il se dote est toute proche du pastiche, un pastiche qui mixte sans retenue les styles des frères Goncourt, de Marcel Proust, de Claude Simon, de quelques autres encore. Comble d’une artisterie qui, faite de phrases contournées, d’incidentes et de mots rares, devrait en toute logique agacer. Mais le lecteur, emporté dans un mouvement fluide et sensuel, est ravi en permanence. C’est qu’il entre en connivence avec le procédé imitatif, en apprécie les clins d’œil, en goûte les trouvailles mais pour découvrir que la démarcation produit, chemin faisant, un ton tout personnel. Humour et désir coopèrent ici à même l’écriture, tout comme ils collaborent sans désemparer au long de la rencontre entre Yalda et le narrateur

Quant à leur histoire, par quoi nous atteint-elle ? Quand débute le roman, le héros-narrateur est doublement convalescent : il sort d’un amour qui s’est mal terminé et de la rédaction d’un livre le contraignant à l’isolement complet. Il accepte de rejoindre Yalda Apadana qui passe des vacances dans une villa toscane avec des amis. Très vite, Yalda et lui vont faire bande à part, fuyant les autres et rendant une visite pleine de dévotion aux richesses artistiques qui peuplent la région. À voir quelle connivence unit les deux personnages, on comprend sans mal qu’une idylle est en train de naître et l’on s’étonne de ne pas voir plus rapidement ces derniers être l’un à l’autre, ce qui risquait de donner un roman bien banal.

Or, face à une Yalda hautement désirable, le narrateur se demande dans quel scénario il joue. Il prend acte de l’amitié tendre et complice qui se noue avec la jeune femme. Il se demande par ailleurs si une très simple aventure des sens n’est pas souhaitée. Mais il s’aperçoit aussi qu’il cristallise au sens stendhalien du terme et que, prêtant à la partenaire maintes qualités, il en perd ses moyens. La jeune femme, quant à elle, séduisante toujours et séductrice à ses heures, ne dévoile rien de ses intentions. Tout cela donnant un charmant marivaudage d’aujourd’hui. Mais avec ces questions graves et lancinantes : à quoi reconnaître l’amour chez soi comme chez l’autre? S’il est là, comment agir au risque de tout perdre ? Ne vaut-il pas mieux renoncer plutôt que d’aller au-devant de nouvelles souffrances ?

Au fond, ce que décrit Laurrent avec beaucoup de justesse, c’est la formation entre deux êtres du cercle clos de l’amour mais tel que ce cercle ne se fera île enchantée qu’à la faveur d’un double geste ultime dont la décision est éminemment hasardeuse. Mais il montre mieux encore que le don de l’un à l’autre, avec ce qu’il a de précaire, passe par toutes sortes de manœuvres plus triviales comme cette fixation récurrente du regard masculin sur les parties du corps féminin désiré. Autant dire qu’il n’est pas d‘innocence du sentiment, fût-il sincère. Ce que l’on voit encore au fait que, prêt à se déclarer, le héros amoureux se remémore certaines de ses bonnes fortunes antérieures, dont le souvenir vient se loger, de façon biscornue, dans la pensée de celui qui use de toutes les ruses pour retarder le moment de franchir le pas.

Au fil de ce qui est aussi et très simplement une belle histoire heureuse, Éric Laurrent redessine les frontières de l’espace érotique tel qu’on peut l’occuper aujourd’hui et s’y ébattre avec plus ou moins de succès. Il donne à percevoir ce qui dans cet espace ne sépare pas ou sépare mal le frivole et le grave, ce qui est du sexe et ce qui est du cœur, l’illusion et la réalité. Il fait enfin la part de ce qui dans l’amour est conversion à l’autre, avec ce que l’on y gagne et avec ce que l’on y perd.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal