vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 614 abonnés

Billet de blog 8 mai 2008

Guy Debord : derniers actes

  On arrive à la fin : derniers actes. Le septième volume de la correspondance de Guy Debord couvre les années 1988 à 1994, qui sont bien les dernières. Pour qui a commencé, comme moi, à écrire sur lui à peu près au moment de la parution du premier volume, en 1999, c'est un constat qui ne va pas sans émotion.

vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On arrive à la fin : derniers actes. Le septième volume de la correspondance de Guy Debord couvre les années 1988 à 1994, qui sont bien les dernières. Pour qui a commencé, comme moi, à écrire sur lui à peu près au moment de la parution du premier volume, en 1999, c'est un constat qui ne va pas sans émotion. Car plus encore que les nombreux textes inédits ou épuisés qui ont été (re)publiés depuis une quinzaine d'années, c'est bien la correspondance qui a permis de continuer d'entendre Debord depuis sa disparition, et même de l'entendre toujours mieux. C'est désormais à une toute autre qualité de silence qu'on aura affaire, même s'il reste sans doute un certain nombre de lettres à publier. Il faudra s'habituer à se dire que Debord, c'est bien cela, et rien d'autre.

Derniers actes, et non pas dernier acte. Les amateurs d'agonie, de déchéance et de pathos resteront sur leur faim. Pas une virgule d'explication ni la moindre esquisse d'une intention se rapportant à son suicide (le 30 novembre 1994). Et quelques remarques plutôt gaies, combattives, sur la polynévrite dont il est atteint, puis plus rien. Jusqu'au bout Debord aura été fidèle à lui-même, jusqu'au bout il aura continué de ne donner à personne aucun droit de regard sur ce qui lui arrivait ou sur ce qu'il était vraiment. Après sept volumes de correspondance, il est possible de l'entendre, peut-être même de le comprendre, mais pour un Debord plus intime, on risque d'attendre longtemps.

Dernières rencontres, dernières amitiés, dernières brouilles, derniers coups de griffe, mais toujours cette détermination, qui est au centre de toute l'œuvre de Debord, à se constituer en l'exemplaire ennemi du spectacle, en l'historique (et unique) figure de la résistance à celui-ci. Toutes ses lettres sont pensées et écrites comme des actes historiques, elles sont destinées à l'histoire, elles la font. On s'en convaincra notamment avec l'épisode de la rupture de Debord avec les fils de Gérard Lebovici, qui intervient après la mort de Floriana Lebovici devenue l'éditrice de Debord à la suite de l'assassinat de son époux. Mais là encore, c'est surtout la continuité d'une attitude qu'il convient de souligner: pendant près de 20 ans, les Éditions Champ Libre / Gérard Lebovici auront été pour Debord une scène historique, et donc conflictuelle.

La correspondance de Debord aura été le laboratoire de l'ensemble de ses pratiques, elle est le point de départ ou de convergence de toutes les stratégies mises en place pour combattre l'ennemi, c'est-à-dire le spectacle. Elle est au service de l'amitié, d'une réelle générosité, de beaucoup de bienveillance, mais aussi de colère et de mépris, d'expulsions définitives de ses interlocuteurs dans un espace public auquel il s'est toujours soustrait, de dénonciations, comme on parle de dénonciation d'un contrat. On pourrait presque dire que la correspondance de Debord, c'est à peu près la même chose que le Jeu de la guerre qu'il lui est arrivé d'inventer. Dommage, décidément, que cette partie-là soit également finie.

Guy Debord: Correspondance, vol.7 (1988-1994), Fayard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c