vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 8 mai 2008

vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Guy Debord : derniers actes

  On arrive à la fin : derniers actes. Le septième volume de la correspondance de Guy Debord couvre les années 1988 à 1994, qui sont bien les dernières. Pour qui a commencé, comme moi, à écrire sur lui à peu près au moment de la parution du premier volume, en 1999, c'est un constat qui ne va pas sans émotion.

vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On arrive à la fin : derniers actes. Le septième volume de la correspondance de Guy Debord couvre les années 1988 à 1994, qui sont bien les dernières. Pour qui a commencé, comme moi, à écrire sur lui à peu près au moment de la parution du premier volume, en 1999, c'est un constat qui ne va pas sans émotion. Car plus encore que les nombreux textes inédits ou épuisés qui ont été (re)publiés depuis une quinzaine d'années, c'est bien la correspondance qui a permis de continuer d'entendre Debord depuis sa disparition, et même de l'entendre toujours mieux. C'est désormais à une toute autre qualité de silence qu'on aura affaire, même s'il reste sans doute un certain nombre de lettres à publier. Il faudra s'habituer à se dire que Debord, c'est bien cela, et rien d'autre.

Derniers actes, et non pas dernier acte. Les amateurs d'agonie, de déchéance et de pathos resteront sur leur faim. Pas une virgule d'explication ni la moindre esquisse d'une intention se rapportant à son suicide (le 30 novembre 1994). Et quelques remarques plutôt gaies, combattives, sur la polynévrite dont il est atteint, puis plus rien. Jusqu'au bout Debord aura été fidèle à lui-même, jusqu'au bout il aura continué de ne donner à personne aucun droit de regard sur ce qui lui arrivait ou sur ce qu'il était vraiment. Après sept volumes de correspondance, il est possible de l'entendre, peut-être même de le comprendre, mais pour un Debord plus intime, on risque d'attendre longtemps.

Dernières rencontres, dernières amitiés, dernières brouilles, derniers coups de griffe, mais toujours cette détermination, qui est au centre de toute l'œuvre de Debord, à se constituer en l'exemplaire ennemi du spectacle, en l'historique (et unique) figure de la résistance à celui-ci. Toutes ses lettres sont pensées et écrites comme des actes historiques, elles sont destinées à l'histoire, elles la font. On s'en convaincra notamment avec l'épisode de la rupture de Debord avec les fils de Gérard Lebovici, qui intervient après la mort de Floriana Lebovici devenue l'éditrice de Debord à la suite de l'assassinat de son époux. Mais là encore, c'est surtout la continuité d'une attitude qu'il convient de souligner: pendant près de 20 ans, les Éditions Champ Libre / Gérard Lebovici auront été pour Debord une scène historique, et donc conflictuelle.

La correspondance de Debord aura été le laboratoire de l'ensemble de ses pratiques, elle est le point de départ ou de convergence de toutes les stratégies mises en place pour combattre l'ennemi, c'est-à-dire le spectacle. Elle est au service de l'amitié, d'une réelle générosité, de beaucoup de bienveillance, mais aussi de colère et de mépris, d'expulsions définitives de ses interlocuteurs dans un espace public auquel il s'est toujours soustrait, de dénonciations, comme on parle de dénonciation d'un contrat. On pourrait presque dire que la correspondance de Debord, c'est à peu près la même chose que le Jeu de la guerre qu'il lui est arrivé d'inventer. Dommage, décidément, que cette partie-là soit également finie.

Guy Debord: Correspondance, vol.7 (1988-1994), Fayard

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal