Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 11 mai 2009

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

De Gaulejac : Sommes-nous les sujets de nos vies ?

À lire l’excellent Qui est « je » ? de Vincent de Gaulejac, on s’avise de ce que toutes les grandes pensées du dernier siècle et spécialement celles qui nous tiennent à cœur ont rencontré la question de la place plus que problématique de l’individu-sujet dans la société moderne.

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À lire l’excellent Qui est « je » ? de Vincent de Gaulejac, on s’avise de ce que toutes les grandes pensées du dernier siècle et spécialement celles qui nous tiennent à cœur ont rencontré la question de la place plus que problématique de l’individu-sujet dans la société moderne. À qui veut donc reprendre le problème de façon méthodique comme le fait ici l’auteur, il revient donc de passer par Freud et Lacan, Sartre et Castoriadis, Lévi-Strauss et Ricœur, Foucault et Bourdieu, Honneth et Butler. Tous, en fait, se sont empressés de déconstruire la catégorie de départ, que ce soit au nom de l’Histoire, des déterminants sociaux, de l’inconscient ou de la structure. Ils ont même été près de tuer ce sujet à jamais, Gilles Deleuze proposant de l’ignorer tout simplement. Mais la plupart ont tout de même fini par maintenir ce fragile personnage au milieu de tous les déterminants qui l’assaillent. Pour penser le rapport de l’individu au monde, ils ont dès lors fait appel à différentes médiations, invoquant tour à tour le projet, la liberté, le désir ou encore la structure.

En fait, la grande rupture moderne part de l’idée que l’individu-sujet est toujours précédé et en conséquence « déterminé » jusqu’à faire que les forces externes soient constitutives de son être. Des instances psychiques de Freud et Lacan (renvoyant à la famille ou à l’ordre symbolique) jusqu’aux habitus de Bourdieu (indexés sur les appartenances sociales), il est peu de place pour un sujet autonome et en tout cas il n’en est aucune pour le sujet illusoire des vieilles théories idéalistes (qui nourrissent encore la doxa la plus commune). Néanmoins, on ne se débarrasse pas comme ça de l’individu-sujet si l’on veut continuer à penser l’homme. En psycho-sociologue, Vincent de Gaulejac s’évertue à défendre la notion en la prenant à l’endroit même où le psychique et le social peuvent être pensés ensemble, c’est-à-dire là où ils s’étayent l’un l’autre dans des combinaisons complexes et toujours en mouvement. Il tient donc ces deux instances pour complémentaires, en se réclamant d’une conception dialectique du sujet qui assume les contradictions de l’être et veille à en montrer le pouvoir productif. Il en vient de la sorte à défendre l’idée que ce qui fonde l’individu en sujet est sa capacité à se construire avec et contre ce qui le détermine.

Ce qui permet au « je » de se construire n’est cependant ni la maîtrise ni la conscience — auxquelles il est difficile de croire encore — mais bien un certain type de réflexivité dont on trouve la notion sur un trajet qui va de Sartre à Bourdieu. À cet égard, Judith Butler a peut-être la formule la plus heureuse lorsqu’elle choisit de parler d’assujettissement et de donner au terme deux valeurs de direction contraire. L’individu s’assujettit en se plaçant dans la dépendance d’un pouvoir et s’assujettit autrement encore lorsqu’il se retourne contre ce pouvoir en sujet qu’il est devenu. Et voilà comment est posé en produit et producteur de son histoire cet individu dont de Gaulejac écrit encore: « Le registre psychique le confronte au désir de l’autre, qui est au fondement de ses origines, de sa conception, et dont il doit se départir pour naître à lui-même et accéder à son désir propre. C’est dans ce mouvement que l’individu se révèle comme objet et sujet de désir. » Et plus loin : « il va chercher à se donner un sens, à se fixer une orientation, à tenter de donner une cohérence à son existence parce qu’il est pluriel et multidéterminé, et parce que l’ensemble de ces déterminismes le poussent dans tous les sens. » (p. 196) Dans cet homme pluralisé — dont a bien parlé Bernard Lahire, pourtant omis dans le présent livre —, on n’a pas de mal à reconnaître tel sujet hypermoderne emporté dans les flots incertains de la « société liquide » cher à Zygmunt Bauman.

Mais le présent livre est loin de n’être que théorie. Se réclamant de la sociologie clinique, Vincent de Gaulejac reprend des récits de vie décrivant le trajet par lequel différentes personnes se sont en quelque sorte « trouvées » comme sujets et se sont dotées d’une identité véritable. Ailleurs, il évoque des cas connus de conflits d’individus avec eux-mêmes et avec la société, parlant fugacement du fameux coup de boule de Zidane lors d’une finale de football ou s’attardant au massacre par Richard Durn des conseillers municipaux de Nanterre. Il est bien qu’il en vienne également à parler de ces situations d’anéantissement de soi vécues par ceux et celles qui ont connu l’univers concentrationnaire, la torture ou le viol. Être sujet dans la négation de soi, ce peut être aussi être porteur d’une honte indélébile ou, plus banalement, ressentir un besoin inextinguible de reconnaissance.

Fortement construit, Qui est « je » ? propose un remarquable état de la question et projette beaucoup de clarté sur une problématique des plus enchevêtrées. D’un style alerte, son auteur n’en finit pas d’articuler le social et le psychique avec une dextérité dans la formulation qu’exigeait le parti pris dialectique revendiqué d’entrée de jeu.

Vincent de Gaulejac, Qui est « je » ? Sociologie clinique du sujet. Paris, Seuil, 2009. 17 €

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : non, les élus mis en cause ne sont pas « comme les autres »
La majorité a octroyé la présidence du groupe d’amitié France-Liban à l’ancien ministre Damien Abad car il serait « un député comme les autres ». Comme pour le député LFI Adrien Quatennens, les partis politiques ne sont pas à la hauteur de #MeToo.
par Lénaïg Bredoux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités