Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 15 juil. 2015

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Sartre en situation

Volume après volume, les Situations de jadis réunissaient notamment les articles qu’avait donnés Sartre dans Les Temps Modernes. Voici qu’à un rythme régulier et année après année, ils font l’objet d’une réédition aux bons soins d’Arlette Elkaïm-Sartre, qui introduit chaque article d’une mise en perspective. 

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Volume après volume, les Situations de jadis réunissaient notamment les articles qu’avait donnés Sartre dans Les Temps Modernes. Voici qu’à un rythme régulier et année après année, ils font l’objet d’une réédition aux bons soins d’Arlette Elkaïm-Sartre, qui introduit chaque article d’une mise en perspective. 

Vient ainsi de sortir un volume IV qui retiendra l’attention de tous ceux auxquels importe la pensée du philosophe et écrivain. Sorti récemment, le Situations, IV, contient entre autres trois textes aussi marquants qu’émouvants.

C’est avant tout la « Réponse à Albert Camus » consommant la rupture entre les deux auteurs et amis. C’est pour suivre « Les communistes et la paix », long texte qui fait de Sartre le compagnon de route du P.C.F.. C’est enfin la « Réponse à Claude Lefort », jeune philosophe trotskyste qui a « infiltré » le comité des T.M. et va fonder sous peu Socialisme ou Barbarie avec Cornelius Castoriadis. Parus en 1952 ou 1953, les trois textes manifestent la forte tension qui travaille la vie intellectuelle française de ce temps ; ils font de la revue sartrienne le haut lieu d’une guerre froide politique et philosophique. Pour rappel, l’Appel de Stockholm, porté par le mouvement communiste, avait été lancé en 1950, année aussi du début de la guerre de Corée.

© 

Il ne s’agit pas ici de reprendre la querelle Sartre-Camus autour de L’Homme révolté du second. Mais on se doit de rappeler que l’intervention d’une tierce personne a fortement envenimé le conflit. Il s’agit de Francis Jeanson qui, au sein de la rédaction des T.M., a accepté de rendre compte du fameux essai. Il va le faire de façon dure et souvent venimeuse. Camus répondra à même les Temps Modernes en faisant mine d’ignorer Jeanson (la lettre s’adresse à « Monsieur le Directeur ») et d’imputer à Sartre les idées et arguments du véritable auteur. De là toute une équivoque qui met forcément Sartre mal l’aise : celui qui a parlé en son nom a outré sa pensée et trahit ses sentiments. Mais Sartre assume : il sait que c’en est fini d’une amitié qui, pour lui, fut réelle. C’est bien ce que dit la première phrase : « Notre amitié n’était pas facile mais je la regretterai ». Et, juste après : « Beaucoup de choses nous rapprochaient, peu nous séparaient. Mais ce peu était encore trop : l’amitié, elle aussi, tend à devenir totalitaire. » (p. 142). L’émotion passe ici par la force des formules et la hauteur d’un ton. Il en ira ainsi au long d’un texte qui rend hommage à l’auteur de L’Étranger, Résistant véritable et homme d’engagement. Mais d’un texte qui s’en prend surtout avec virulence au Camus qui, après la guerre et dès Combat, commença à se retirer sous sa tente, c’est-à-dire à se désintéresser de l’Histoire en ne connaissant plus l’être humain que dans sa révolte contre l’absurdité d’une Nature. Un texte intense au total, qui tient d’une sorte de procès.

« Les communistes et la paix » marque le rapprochement du philosophe d’avec le P.C.F. Curieusement, Sartre écrit ce texte démesuré à propos du double échec que vient de connaître le Parti, celui de la manif contre la venue du général US Ridgway en Europe et celui de la grève pour la libération de Jacques Duclos emprisonné. A chaque fois, les militants n’ont pas suivi. Même s’il déplore du côté soviétique les camps de concentration et les procès scandaleux (Slansky à Prague, les blouses blanches à Moscou), Sartre, tout accaparé par la défense de la classe ouvrière dans son pays, appuie sa longue défense du P.C.F. sur l’opposition entre un camp américain de la guerre auquel est acquis toute la bourgeoisie française et un camp de la paix qui est à la fois national et international. Et Sartre de soutenir l’idée que « L’ouvrier a deux patries, la sienne et la République des Soviets russes. » (p. 203), ce qui ne manque pas d’expliquer les revirements des leaders du P.C.F., mais aussi bien de contredire un propos antérieur de l’auteur : « Un des sentiments les plus profonds et les plus simples du prolétariat […], c’est cette saisie de soi-même comme pur être-là sans relation de solidarité avec le tout social. » (p.201) Et Sartre d’ajouter, se référant à Marx une fois de plus : « il me semble plutôt à moi que l’intérêt de l’ouvrier, c’est de ne plus être ouvrier. » (p. 209) En attendant il l’est bien et il ne lui reste dès lors que de pouvoir s’appuyer sur un Parti fort et représentatif : sans ce parti, dira le vieil ouvrier de Sartre, je n’ai plus rien à moi.

© 

La « Réponse à Claude Lefort » pour terminer. Jeune philosophe adopté par la revue via Merleau-Ponty, Lefort publie, à même les T.M., « le marxisme et Sartre » qui nous ramène à la question du Parti. Sur un ton d’ironie blessante pour le directeur de la revue, Lefort a défendu l’idée que la médiation d’un parti comme d’un syndicat pour mener la lutte des classes n’est en rien une nécessité. Et Sartre de résumer Lefort comme suit et sur un ton continument caustique : « L’ouvrier se produit en produisant : dans la mesure où la technique socialise objectivement la production, le travailleur, subjectivement, se détermine dans son mode de vie, ses conduites, son système de valeurs et son expérience comme socialiste : l’organisation de la classe pour elle-même et dans sa lutte contre le capitalisme esquisse progressivement ce qui sera la société postrévolutionnaire. » (p. 329) Théorie spontanéiste de la révolution, où les choses arriveraient d’elles-mêmes ! Au total, Lefort nie tout simplement la lutte des classes. Mais fallait-il vraiment à Sartre 70 pages pour répondre à cette théorie délirante ? On sent qu’excité, le polémiste s’en est donné à cœur joie.

D’un recueil qui contient d’autres articles encore (y compris un « Venise de ma fenêtre »), nous avons détaché trois images qui montrent un Sartre au plus fort de son engagement politique et des contradictions dans lesquelles celui-ci l’entraîne. Pas facile de défendre un P.C.F. peinant lui-même à soutenir le camp soviétique. Pas simple de vivre la rupture avec Camus qu’a activée un prétendu allié. Plus malaisé encore de se rendre compte que, au sein de sa propre équipe, on est plus ou moins trahi. Mais Sartre a ses armes de défense, que l’on connaît : une bienveillance native qui amortit les chocs, un sens de la dialectique qui s’arme d’ironie. Et puis il y a le style, parfois verbeux, mais, par moments aussi, splendide.

Jean-Paul Sartre, Situations, IV, nouvelle édition revue et augmentée par Arlette Elkaïm-Sartre, Gallimard, 456 p., 29 € 50.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
Dans le viseur de la HATVP, Caroline Cayeux quitte le gouvernement
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan