vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 618 abonnés

Billet de blog 18 mars 2008

Questions d'héritage (autour de Mai 68)

Liquider, comme on le souhaite en haut lieu? Ou au contraire maintenir, transmettre, comme une avalanche de livres s'y emploient à l'occasion d'un quarantième anniversaire? Jamais Mai 68 n'aura autant coïncidé avec la question de son héritage, avec un "que reste-t-il de…?".

vincent kaufmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Liquider, comme on le souhaite en haut lieu? Ou au contraire maintenir, transmettre, comme une avalanche de livres s'y emploient à l'occasion d'un quarantième anniversaire? Jamais Mai 68 n'aura autant coïncidé avec la question de son héritage, avec un "que reste-t-il de…?". Et qu'on veuille liquider celui-ci ne fait que confirmer qu'on suppose qu'il y en a un.

Conformément à la logique monumentalisante de l'agenda culturel français - je ne suis pas sûr qu'on s'agite autant autour de mai 68 en Allemagne ou aux Etats-Unis, qui ont pourtant beaucoup donné à ce propos, et même avant la France - Mai 68 fait donc partie des célébrations patrimoniales de l'année, au même titre que Claude François, mort il y a trente ans (la principale différence étant que voilà au moins un héritage particulièrement juteux que personne n'aurait l'idée de disputer à ses fils).

Quarante ans déjà, plus d'une génération. Certains témoins ou experts importants sont réédités à titre posthume, comme le temps passe. Il est urgent d'enclencher la machine à transmettre. La nouvelle commémoration est celle de "Mai 68 raconté à ceux qui ne l'ont pas vécu", selon un titre de Patrick Rotman qui co-signe par ailleurs un livre sur le même sujet avec sa fille. C'est décidément Mai 68 raconté aux enfants, c'est-à-dire aux moins de 60 ans, ce qui fait quand même une clientèle significative. Pour le soixantième anniversaire, dans vingt ans, il faut sans doute s'attendre, devoir de mémoire oblige, à un "Mai 68 raconté aux enfants de ceux qui sont nés trop tard pour vivre mai 68". Et en 2068, il y aura des funérailles nationales pour le dernier lanceur de pavé, sorte de néo-poilu pour XXIème siècle.

Vue d'(un peu) ailleurs, tant de ferveur patrimoniale laisse songeur. Tout le monde semble en tout cas faire de gros efforts pour oublier qu'au cœur de Mai 68, dans ce qui s'y est passé de plus intense et parfois de destructeur pour ceux qui en ont été les protagonistes, travaille l'interruption, la non-transmission. Et si Mai 68 était l'histoire d'une génération qui n'a pas voulu de ce qu'on lui transmettait, qui a refusé le rance héritage, les compromis et les collaborations de la précédente? L'histoire, du même coup, d'une génération surgie d'une interruption, qui n'a rien pu ou voulu transmettre à son tour? Une génération perdue, en somme? Il n'est pas sûr qu'il y ait un héritage de Mai 68. J'en veux pour preuve qu'à peu près n'importe qui le revendique aujourd'hui, et qu'on a même pu dire que le Président de la République, qui n'en demandait sans doute pas tant, était lui aussi un héritier de cette belle époque.

Ce n'est pas un hasard, si Olivier Rolin, qui dit bien mieux que moi cette impossibilité d'un "Mai 68 raconté à ma fille", se soit arrangé pour écrire son Tigre en papier (2002) entre deux commémorations. A relire, avec un peu de Debord aussi, cela ne peut pas nuire, si les officielles célébrations vous en laissent le temps. Ce qui doit être aboli continue, et notre usure continue avec. On nous abîme. On nous sépare. Les années passent et nous n'avons rien changé.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua