Joy Sorman
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 618 abonnés

Billet de blog 20 mars 2008

Salon du livre de Bruxelles

Il se trouve que j'étais au salon du livre de Bruxelles – non, à la Foire du livre, là-bas on dit "Foire" parce qu'on aime le bordel ; c'est un fait les Belges aiment davantage le bordel que les Français et c'est pour ça que j'aime les Belges –, enfin bref j'y étais samedi 8 mars. Je n'y ai pas vu les mêmes que d'habitude, je veux dire les mêmes lecteurs.

Joy Sorman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il se trouve que j'étais au salon du livre de Bruxelles – non, à la Foire du livre, là-bas on dit "Foire" parce qu'on aime le bordel ; c'est un fait les Belges aiment davantage le bordel que les Français et c'est pour ça que j'aime les Belges –, enfin bref j'y étais samedi 8 mars. Je n'y ai pas vu les mêmes que d'habitude, je veux dire les mêmes lecteurs. Au stand de Gallimard j'étais placée, pour signer des livres, entre Coralie Trinh Thi (ex-actrice porno, co-auteur du film "Baise-moi" avec Virginie Despentes, critique rock et auteur - il faut lire son dernier ouvrage, "La voie humide" au Diable Vauvert) et Plastic Bertrand ("ouhouhouhouh", prévu mais jamais arrivé, ses lecteurs faisaient la queue devant une photo). Plastic a publié ses mémoires. Un seul titre possible : "Ca plane", sous-titré "délires et des larmes" aux Editions du Rocher. Plastic est un enfant du pays et on ne l'a pas oublié.

Trois auteurs qui dédicacent, trois familles de lecteurs, aucun mélange, aucune dérogation à la ligne fixée : lecteurs gothiques pour Coralie (elle-même sacrément dark), filles de 15 ans (par groupe de trois ou avec leur mère) pour moi - attirées par le titre du livre "Boys, boys, boys", la photo de couverture (une boxeuse dans les cordes) et le prix modique (Folio, autour de 4 euros) - et des familles entières avec poussettes, frères et soeurs, oncles et tantes, visiblement modestes, voire pauvres, voire vraiment en difficulté (filles mères) pour Plastic. Caractérisation indécrottable, étonnante à voir, à constater. Et chaque nouveau lecteur (très peu pour moi, pas mal pour Coralie, une petite foule pour Plastic) enfonçait le clou de cette typologie. La jeunesse, le peuple, les Curistes ; j'aurais aimé qu'ils se mélangent sous mes yeux, mais non, chacun sa file. J'ai abordé un couple de lecteurs gothiques (avec deux enfants, pas encore repeints en noir) de Coralie : lui, grand costaud bedonant dégarni la quarantaine, elle fluette grosses lunettes très douce comme on n'imagine pas les gothiques. Lui, caissier dans une grande surface. Intéressant ça, un homme dans un métier de femme, c'est pas tous les jours. Et il se trouve que ces questions - de genre - m'intéressent. Alors il change de file, fait un pas de côté, un pas vers moi - je suis à la gauche de Coralie - et me raconte à quel point il souffre de travailler dans un milieu de femmes, à quel point on se moque de lui, on le raille - lui l'armoire à glace avec bracelets en cuir cloutés et t-shirt heavy metal ; comment les caissières ne sont pas forcément de son côté, comment joue la solidarité féminine - de sexe - avant la solidarité professionnelle - de classe.

Voilà, on a parlé un peu, du féminisme, on s'est raconté nos vies, le couple a acheté mon livre, on s'est souhaité bonne route et Coralie s'est marrée que moi aussi - avec ma veste en tweed et ma coupe bein peignée qui écoute du rap - j'ai le droit à des lecteurs fans de Marylin Manson. Pas grand chose mais toujours ça : à un moment donné, un déplacement de lignes, aussi infime soit-il.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine