Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 618 abonnés

Billet de blog 23 juin 2008

Road novel avec bébé

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains prétendent qu’il n’est pas de roman heureux. En voici un qui dément l’adage. Il est de Jean-Luc Outers et raconte, sous le titre Le Voyage de Luca, le périple que fait un couple — Julie et Marian — à travers Mexique, Etats-Unis et Canada. Le côté amusant de l’aventure est que ce couple emmène avec lui son fils Luca, qui en est encore à l’âge des pampers et des biberons de soja. Pour corser l’affaire, tous trois se déplacent dans une camionnette Volkswagen qui a déjà beaucoup vécu et qui connaîtra de grands déboires en cours de route.

Nous suivons donc le trio dans sa déambulation et le plaisir naît d’emblée de ce que son long parcours est bien plus qu’une suite de découvertes : il prend des airs de naissance au monde, dans laquelle le petit Luca est pour beaucoup. Tout cela nous vaut en somme une robinsonnade mais une robinsonnade à l’envers puisqu’elle est fondée sur un principe de mobilité continuelle. L’île en ce cas est aux dimensions d’un continent, et Robinson un bébé face au vaste monde.

Le récit va constamment s’enchanter, en effet, de ce que Luca fait ses premiers pas dans l’univers en traversant des pays et des paysages qui n’ont vraiment rien de commun avec un gentil pavillon de banlieue. Évidemment ce bébé ne pipe mot de ce qu’il perçoit et de ce qu’il pense. Reste donc à son père, qui s’est instauré narrateur, de se livrer aux conjectures, ce dont il ne se prive pas. Quel sentiment s’empare de Luca en présence du Grand Canyon ? Comment vit-il le fait que chaque soir on fasse étape en un endroit totalement différent ? Peut-il emmagasiner ce qu’il voit dans sa mémoire minuscule ? Questions sans réponses qui pourraient laisser croire que l’enfant vogue indifférent. Mais il est des indices qui en disent long sur sa faculté d’adaptation à la vie nomade. Ainsi Luca s’attache à un chien errant que la famille adopte sous le nom de Yesterday. Ainsi encore il se fait si bien à sa couchette à l’étage supérieur de la VW qu’il refuse obstinément de dormir ailleurs. Petit cours en passant, astucieux et poétique de psychologie de l’enfant.

Toutefois, la robinsonnade est également celle des parents. L’un et l’autre excellent à inventer le monde au gré des contingences. Elle avec une sensibilité en alerte, lui avec un humour qui est la marque des romans d’Outers. Dans ses romans antérieurs, Jean-Luc Outers, excellait à montrer, par de menus écarts de perspective, combien la vie fonctionnarisée dans nos belles contrées pouvait se révéler burlesque. Il n’opère pas autrement en milieu exotique. Une rencontre avec le rédacteur unique du journal d’une bourgade perdue de la montagne mexicaine ou une autre avec deux flics US rendant visite aux voyageurs en pleine nuit, et c’est d’emblée délicieusement drôle.

Roman heureux vraiment ? Sous l’humour cocasse couve ironiquement la déception : Julie finit le voyage seule : bien plus tard, le trio se soumet à une thérapie familiale. Tout demeure possible cependant et voici que repart le road novel : en fin de course, Marian et Julie s’en vont avec Jack, le fils de Luca, en expédition dans le Grand Nord.

Jean-Luc Outers, Le Voyage de Luca, Arles, Actes Sud, « Un endroit où aller », 2008. 19,80 €.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon