Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 27 janv. 2012

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Docteur Joyce et Mister Simenon

Dans son récent et délicieux Chet Baker pense à son art, Enrique Vila-Matas ne fait rien d’autre que… penser à son art. À même son amusante fiction, il n’arrête guère de parler de littérature, des auteurs qu’il aime et dont il se réclame, du pourquoi et du comment de ce qu’il écrit. Fastidieux ? Et bien non, jamais. Il y va d’une divagation facilement loufoque, d’un plaisant voyage mental, scandé par les photos de personnes et de lieux qui agrémentent le volume.

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Dans son récent et délicieux Chet Baker pense à son art, Enrique Vila-Matas ne fait rien d’autre que… penser à son art. À même son amusante fiction, il n’arrête guère de parler de littérature, des auteurs qu’il aime et dont il se réclame, du pourquoi et du comment de ce qu’il écrit. Fastidieux ? Et bien non, jamais. Il y va d’une divagation facilement loufoque, d’un plaisant voyage mental, scandé par les photos de personnes et de lieux qui agrémentent le volume.

Une nouvelle fois, le romancier espagnol exploite ici un genre qu’il a pour ainsi dire inventé et qui en mixe deux autres : la fiction critique. Pour la critique, on vient de voir. S’agissant de la fiction, elle se présente comme une parodie de la situation qu’exploita il y a deux siècles Xavier de Maistre dans son Voyage autour de ma chambre. Car celui qui nous parle, critique de métier, fait retraite dans un hôtel de Turin qui est, pour lui, une occasion de retour sur soi. Il s’enferme donc dans une chambre, écoutant sans relâche Bela Lugosi’s Dead dans la version qu’en a donnée le groupe Bauhaus. De la fenêtre, il observe par ailleurs la rue du Pô la nuit, apercevant Chet Baker qui remâche des pensées à l’intérieur de sa voiture (!) ou croyant remarquer au loin tel écrivain.

Mais le récit est surtout fait de tout un cheminement critique avec ce qu’il a d’improvisé et de décousu. Vila-Matas se réclame d’une lignée qui commence avec Sterne, se poursuit avec Joyce, rencontre Borges, croise Bolano, tous écrivains qui entendent figurer l’absurdité de la vie et produisent une littérature «proche de la réalité barbare, brutale, muette et sans signification des choses» (p. 20) Ainsi le narrateur va faire de l’œuvre la plus complexe de James Joyce, ce Finnegans Wake qu’il avoue pourtant n’avoir pas lue entièrement (!), l’emblème de l’écriture telle qu’il la conçoit. Elle est ici modèle absolu d’une littérature dite encore radicale et expérimentale.

Mais est évoqué parallèlement l’adversaire naturel de cette production d’avant-garde, le «réalisme commercial» dont l’archétytpe serait, pour Vila-Matas, un personnage de Simenon, soit le héros des Fiançailles de Mr Hire. Et voilà donc, face au Finn irlandais, un pauvre Hire ou pauvre hère qui va prendre ici tous les coups: n’incarne-t-il pas la sotte illusion d’un grand nombre de lecteurs en un monde ordonné et iméditament lisible?

Ainsi toute la présente fiction se résume en une confrontation entre ceux que Vila-Matas nomme «les écrivains prétentieux» (dont lui-même) et ceux qu’il appelle «les jumeaux idiots» (dont Simenon), ceux-ci séduisant par leur heureuse narrativité «le peuple sain et rubicond» des lecteurs (p. 64).

Mais ici surprise ! Alors même qu’il l’accable, le narrateur ne peut s’empêcher d’exprimer une tendresse pour Hire et le bon vieux réalisme de sa tendance. Au point que bientôt la seule question qui lui importera sera de savoir «comment réconcilier les écrivains prétentieux et leurs jumeaux idiots» (p. 30). À quoi il fera différentes réponses sans jamais conclure, notant par exemple:«Il s’agit d’inventer quelques chose qui cogne et extrait du vieux monstre Hire […] un élément de pure race Finnegans» (p. 46). Docteur Finnegans et mister Hire en somme comme littérature de l’avenir.

Ainsi, en des termes volontiers drôlatiques, le romancier espagnol ne fait que mettre au jour le débat qui agite tout le roman contemporain et depuis longtemps déjà : comment faire pièce au clivage opposant la littérature d’expérimentation et la tradition réaliste qui commence, pour la France, avec Balzac et se survit sous une forme candide chez Simenon ?

La fiction de Vila-Matas ne nous donnera pas la réponse, encore qu’elle évoque ici ou là une littérature de compromis –de Flaubert à Modiano. Mais, tout au moins, par sa seule existence, Chet Baker réussira à rendre la «littérature prétentieuse» joyeusement aimable et lisible.

Enrique Vila-Matas, Chet Baker pense à son art, Paris Mercure de France, 2011. 18.80 €.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org