Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 28 août 2014

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Capitalisme H24

Sur les campus américains, il est toute une reviviscence de la pensée anticapitaliste. En témoigne un récent essai de Jonathan Crary, dont la thèse centrale est aussi originale dans sa conception qu’accablante quant aux faits analysés. Elle dit que, dans nos existences, le capitalisme s’est approprié à peu près toute chose, sauf une, qui est notre sommeil.

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Sur les campus américains, il est toute une reviviscence de la pensée anticapitaliste. En témoigne un récent essai de Jonathan Crary, dont la thèse centrale est aussi originale dans sa conception qu’accablante quant aux faits analysés. Elle dit que, dans nos existences, le capitalisme s’est approprié à peu près toute chose, sauf une, qui est notre sommeil. Mais ce dernier, avec ce qu’il a d’intime et de privé, est en train d’y passer à son tour. Et c’est ce que Crary nomme la structure 24/7, où les pauvres consommateurs que nous sommes sont alertés sept jours par semaine et 24 heures sur 24. Les grandes surfaces seront bientôt ouvertes en continu, la télévision fonctionne tout le temps, internet est accessible en permanence et nos logis sont constellés non stop de petits signaux lumineux.

Résister à cette puissante emprise et à l’hydre technologique qui la permet s’avère bien illusoire. Nous sommes entraînés dans le mouvement et désormais nombreux sont ceux qui se relèvent la nuit pour interroger leur boîte électronique. Et puis quel confort et quelle facilité que d’aller faire des emplettes un dimanche matin ou n’importe quel jour de la semaine en pleine nuit ! Bientôt les drones d’Amazon viendront nous livrer à domicile la marchandise commandée d’un simple clic. Et cela sans voir que tout un travail de mise en condition s’opère et que le but dernier est de nous forcer à consommer, à dépenser, à acquérir en continu. Ainsi, dans les pays riches tout au moins, nous sommes dans un système qui s’empare de nous bien au-delà de ce que faisait la société de consommation. Un système qui nous réifie au sens premier et fait de nos personnes des marchandises.

Dans l’ouvrage percutant de Crary, le rapport au sommeil peut paraître flou au premier d’abord. Mais il ne l’est aucunement. Outre que la plupart d’entre nous dorment moins qu’aux siècles précédents (on serait passé de 10 heures en moyenne à 8 heures, puis à six heures), des sources de lumière nous alertent en permanence (écrans, lampes-témoins, vitrines vues du dedans). Les appels de la machine capitaliste nous « branchent » sans interruption, nous disant que nous avons la chance d’appartenir au grand réseau, ce à quoi nous nous soumettons sans peine. « La soumission à ces dispositifs, écrit Crary, est à peu près irrésistible, étant donné l’appréhension de l’échec social et économique, la peur de se faire distancer, d’être considéré comme démodé. Les rythmes de consommation technologique sont inséparables d’exigences d’autoadministration permanente. » (p. 57)

Une offensive énorme contre le sommeil humain est donc en cours. Pour qui en douterait, Jonathan Crary fait état de recherches menées par le Pentagone américain en vue de former des soldats à la privation de sommeil pendant une semaine pour les rendre plus opérationnels. Ce qui rappelle que cette privation a été érigée en instrument de torture sous Bush à Guantanamo. En Europe par ailleurs, des investigations ont été menées visant à capter par satellites la lumière du soleil pour la rediriger vers la terre pendant la nuit. Objectif : la lumière du jour toute la nuit ! Ne serait-il pas temps de décréter que l’accès à l’obscurité est, comme l’accès à l’eau potable, un « droit de l’homme » ? 

Passant par l’histoire des grands médias aux XXe et XXIe siècles, l’ouvrage de Crary montre que nous sommes entrés dans une époque de non-temps qui englobe tous les aspects de l’existence sociale et réduit la vie personnelle à bien peu. Dans le système 24/7, il ne s’agit pas seulement d’inciter à la consommation mais de le faire sur des individus dociles et souffrant d’isolement.

Évoquant par ailleurs de grands cinéastes (Marker, Hitchcock) ou encore certains poètes surréalistes, Crary, professeur à Columbia New York et très « campus US » dans sa radicalité, nous ramène en fin de parcours à trois penseurs… français qui restent pour lui des guides. Il s’agit de Gilles Deleuze et de ses « sociétés de contrôle », de Guy Debord et de sa « société du spectacle » et, plus que tout, de Jean-Paul Sartre et de sa théorie du « pratico-inerte », une théorie renvoyant à la façon dont la « sérialité » s’introduit dans notre quotidien. Sartre prenait ainsi à partie les routines de plus en plus nombreuses qui se sont emparées de nos existences – elles commencent par la file d’attente à l’arrêt du bus !

Il est presque superflu de dire que la « structure 24/7 » n’a fait que nous asservir de plus en plus à cette inertie ambiante et d’autant qu’elle fonctionne comme un mot d’ordre.  Comment résister dès lors ? Comment retrouver le goût du plein sommeil et des rêves ? Comment ranimer une vie sociale véridique, celle que hippies et contestataires ont tenté de relancer dans les années 60 ? Autant le dire, le livre novateur de Crary, qui se perd parfois dans trop de directions, ne propose pas vraiment de réponse.

Jonathan Crary, 24/7. Le Capitalisme à l’assaut du sommeil, trad. Gérard Chamayou, La Découverte, "Zones", 15 €

Lire le premier chapitre en cliquant ici.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel