NOUVEAU: C'EST NOUVEAU, C'EST PALESTINIEN, CA VIENT DE SORTIR

 

“Nouveau” : “C’est nouveau, ça vient de sortir”

Je trouve à l’instant ce message de la mi-journée du Monde:

Israël libère 26 nouveaux prisonniers palestiniens” (mardi 31 décembre 2014, info.lemonde.fr)

On connaissait le Beaujolais nouveau.
Voici maintenant le “nouveau prisonnier palestinien”.

 

On notera qu’un “nouveau” prisonnier palestinien n’est pas un palestinien nouvellement emprisonné…

Car çà, ça n’aurait rien de nouveau. C’est si banal que ce n’est plus un événement.

Comment faudrait-il comprendre un titre plus elliptique: 

“26 nouveaux prisonniers palestiniens”, serait-ce leur liberation ou leur incarcération?

Les écoles de journalisme enseignaient parait-il autrefois que :

“un chien mord un homme ce n’est pas un événement” au contraire de:

 “un homme mord un chien”,  qui lui en serait un.

Elles pourraient dire aujourd’hui, s’appuyant sur l’exemple de ce titre du monde:

“Israel emprisonne des Palestiniens, rien de nouveau sous le soleil du Moyen-Orient”…

 Mais:

“Israel libère 26 prisonniers palestiniens: les voilà tout “nouveaux!”

On doute pourtant que les geôles palestiniennes leur aient fourni une cure de rajeunissement.

A quand: “Les Palestiniens fêtent la libération d'une Nouvelle Palestine”?

Pour l’instant, quitter le cachot et rentrer à Gaza, c’est être un petit nouveau

Une sorte de rentrée des classes. Pour apprendre quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.