Billet de blog 2 avr. 2012

Nouveaux maux (suite): Paulette et Léon

kakadoundiaye
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brehaigne, Paulette, la cinquantaine, haute et sèche, avait reporté son amour maternel, pour autant qu'il existât, sur Léon, la soixantaine, petit et rondouillard, râleur et podagre, cacochyme et hypocondriaque, toujours assis, couvert de châles, la toux grasse, le verbe haut, la vue basse, grand amateur de mirepoix de légumes, la trogne rouge et le poil élavé bien que calamistré aux fers, n'en finissant jamais de morigéner son épouse et de l'admonester, la traitant volontiers d'onagre bâté afin qu'elle se hâtât plus encore à lui préparer ses onguents et embrocations dont il faisait moult usage, surveillant d'un œil myosotis le coquemar qui soufflait sur un coin de la cuisinière et son chevalet posé devant lui. Car Leon était peintre  Peut-être eut-il fallu, pour qu'il le soit, qu'il badigonnât plus qu'il ne parlât ? Ce n'était pas le cas. Léon pérorait dès potron-minet, endêvait, râlait, ronchonnait, n'en finisait pas de maudire le monde, de gouailler, de se goberger, moquer, gaber voir de  se gaudir en montrant les dents qu'il avait fort jaunes longues et souvent cruelles.

Nombre de ses flèches volaient vers les sodomites qu'ils vouaient aux enfers. «  Dieu est jaloux »,  criaillait-il, jaloux, et si jaloux qu' Il vous condamne à l'enfer car vous êtes à son image de grand enculeur de mouches, de chérubins, de gitons, de putti  et de gandins. Tremblez sodomites ! Vous serez obligé de repeindre jusqu'à la fin des temps les portes de l'enfer, en garance et en zinzolin, en cinabre et en céruléen.

«  Paulette lui apportait alors son apozème destiné à résoudre les humeurs gluantes de ses poumons mités.Il se calmait alors, le temps qu'il bût. Puis repartait de plus belle contre tout et n'importe quoi. » « Regarde cet apostume, là », hurlait -il désigant son bras sa jambe ou sa bedaine d'un doigt tremblant safrané de nicotine. Paulette accourait aussitôt, nonobstant ses propres servitudes, pour redresser ses coussins, calmer de baumes divers les caroncules cramoisies, les turgescences et lubies qu'il s 'inventait, lui remettre pinceaux et brosse en pogne, l'embrassait sur le front et repartait vers des tâches d'où il la rappelait de suite

Pourtant passionnée d'antiphonaires elle recopiait comme un moine moinant les antiennes, s'inventant des palimpsestes sur des parchemins de grenouilles, rêvant d'incunables illustrés, chantonnant les répons des heures canoniales sans cesser, comme son époux, de jurer comme nonne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart