VŒUX

A vous, les petits hommes verts, les "nabots surélevés", les comiques lécheurs de cultes, les vieux et les jeunes cons, les grands appétits politiques et les petits mangeurs de miettes, enfin à plein, je ne vous souhaite pas une bonne année.

Elle est déjà mauvaise, sombre, dure, inélégante et faux-cul.

Le pire est au coin du bois.

Non je ne souhaite pas bonne année, mais une année ou nous vous  combattrons,  une année de résistance à votre vomissante suffisance, une année de curiosité républicaine sur vos bilans et vos vilaines actions, une année que nous finirons sans vous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.