Seaux, briquets, et grande lessive

Grande tradition, et pas seulement française, d’affubler nos hommes politiques de sobriquets plus ou moins (plutot moins…) flatteurs.

Depuis « le petit caporal » en passant par « l’homme à la tête de poire » jusqu’au « bidochon » encore en cours, peux y ont échappé. On notera quand même « Tonton », plutôt affectueux, on sait pourquoi maintenant. Bien sùr, c’est une spécialité du Canard, même si le Général nous le rendait bien en clamant « les français sont des veaux ».

 Depuis quelques jours, ça chauffe sous le chaudron. Les spéculations vont bon train pour savoir qui a allumé le feu, et Macron se fait traiter de « lessive »  chez Magnaudeix, pour sa façon de se placer en tête de gondole.   Si vraiment on pouvait la faire la grande lessive, j’avoue que bien que ce soit contre ma religion, j’irais bien brùler un cierge.

 Quand à Fillon et lui, (les couloirs comment à bruisser...) qu’on les laisse en faire ce qu’ils veulent… je m’en tape comme de ma première burka.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.