Se payer de mots de "droite" à "gauche", ou le contraire

 

Laurent Joffrin  échange des brèves de comptoir chaque samedi matin, sur France-Inter,  avec un comparse. L’autre est étiqueté « de droite », Jojo est lui « de gauche ».

Pourtant ils ne savent pas très bien ce qu’il faut entendre par ces indications directionnelles : "de gauche?" ... "de droite?"

Le groupie de l’ex UMP, dorénavant mâle et plurielle sous le label "Les Républicains"  interroge doctement celui du docteur Camba : le PS est-il de droite ?

Hypothèse audacieuse qui n’a jamais traversé l’esprit de quiquonque…

Le Jojo ne se démonte pas et sort l’énoncé politologique de l’année :

« Ca, c’est une question de définition : Tony Blair était-il de gauche ?

Si Tony Blair était de gauche, le PS est de gauche. ».

Où l’on voit qu’en matière de définition le cacique de Libé procède par l’exemple, la voie de la logique lui semblant périlleuse… On reste de ce fait un peu incertain s’il a voulu se moquer… Pour  tout le monde Tony Blair « était » - il  "de gauche" ?

Question subsidiaire : pourquoi parler de Blair à l’imparfait ? Est-il mort ? Où est-ce sa « gauche » qui n’en est plus une ? Y a-t-il passé l'arme (à gauche...) comme il devint papiste sous les feux de la rampe?

Peut-être en réalité fallait-il entendre « définition » comme une affaire « d’élément d’image » (« pixel » en idiome anglomatique) et considérer qu’à son accoutumée notre pilier de comptoir sinistré mesurait du flou.

Admiratif, sans doute, de la finesse des analyses du successeur de Serge July, le suppôt sarko-jupien-woerthique le relance :

« Et comment expliquez-vous l’impopularité du PS ? »

Le Joffrin n’est pas pris de court :

« Cà (pause méditative…) l’impopularité d’un parti… C’est généralement du à ... plusieurs facteurs. »

Comment ne pas le suivre… Mais comme pour la définition, qu’il fallait recadrer dans sa valeur d’incertitude numérisée, il ne faut pas se tromper de « facteur »…

Il parle en fait certainement de cette poste qui a de moins en moins de bureaux et squatte les comptoirs des épiciers et fleuristes rebaptisés « agence postale »…

Il n’y a pas d’apparence que le parti godillot de Valls et Hollande soit populaire à La Poste…

En fait, l’Auguste Joffrin et son clown blanc illustraient un usage commun des experts en politique sur la radio de « service public » : se payer de mots.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.