"Refonte" : Bien vu, Monsieur Allies!

 

On connaissait le « melting pot », supposé avoir été le "creuset" de la société américaine, voici que Stephane Allies, brillant politologue des gauches à Médiapart, annonce que :

 

« Les « socialistes affligés » veulent contribuer à la refonte de la gauche » .

 

Il est vrai que « refondation » est maintenant galvaudé, tant le PS a banalisé l’expression dans son discours sur l’école, tout en favorisant une régionalisation inégalitaire de l’Education Nationale, camouflée sous une affiche de "réforme des rythmes scolaires".

Il est passé au musée de la poésie solférinienne (avec la litanie inénarrable des « chocs » … de transparence, de simplification, de compétitivité, que le « choc des images » de la presse -poubelle n’a pas tari).

 

Voici donc la « refonte »..

Que se cache-t-il derrière cette métaphore ?

 

Voyons ce que nous dit le Trésor de la Langue Française :

 

(atilf.atilf.fr)

 

« REFONTE, subst. fém.
A.
[Corresp. à refondre I A] Rare, ALIM. ,,Opération qui consiste à faire passer à nouveau sous forme liquide un produit qui a déjà été solidifié ou cristallisé`` (CLÉM. Alim. 1978).
En partic. Opération de dissolution de sucre cristallisé dans l'eau; son résultat. La cuite de premier jet est faite avec du sirop vierge et du sirop de refonte (SAILLARD, Betterave, t. 2, 1923, p. 467). La refonte est une opération importante dans une raffinerie de sucre (CLÉM. Alim. 1978).
B.
[Corresp. à refondre I B; en parlant d'un métal, d'un objet en métal] Action de refondre; résultat de cette action. Refonte de la monnaie. Si une espèce entière de pièces de monnaie se dégradait successivement, au point d'exiger une refonte, les possesseurs de ces pièces, au moment de la refonte, ne pourraient raisonnablement exiger que leur monnaie dégradée fût échangée contre une monnaie neuve, pièce pour pièce et troc pour troc (SAY, Écon. pol., 1832, p. 297).
P. anal., PAPET. [Corresp. à refondre I C 2] ,,Mise des papiers au pilon`` (Lar. encyclop.).
C.
[Corresp. à refondre I D]
1. MAR. Opération de transformation et de rajeunissement (d'un navire). Assez souvent [selon un critique] l'on confond les cales spécialement destinées à la construction, à la refonte et au radoub des vaisseaux (
LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 257).
2. [En parlant d'un ouvrage, d'un texte, d'une loi] Action de remanier, de refaire pour améliorer. Synon. correction, modification, remaniement. La nécessité indispensable de la refonte de nos lois criminelles, et de la réforme de nos tribunaux (
MARAT, Pamphlets, Offrande à la Patrie, 1789, p. 28). La refonte de la traduction des lettres de Byron (DU BOS, Journal, 1924, p. 123).
3. Action de transformer entièrement. La refonte de nos armées de terre, de mer et de l'air (
DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 451).
Au fig. Refonte de la méthode. Ceux qui, dans les conditions actuelles de la vie, ont le loisir ou le courage de procéder à cette refonte totale de leur personnalité (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 449). Tout le monde, aujourd'hui (...) consent qu'il n'y ait pas de notions, de principes, pas de vérité comme on disait jadis, qui ne soient sujets à revision, à retouche, à refonte; pas d'action qui ne soit conventionnelle, pas de loi écrite ou non, qui ne soit qu'approchée (VALÉRY, Variété III, 1936, p. 199).
Prononc. et Orth.: [
]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1718 la refonte des monnoyes (Ac.); 2. ca 1772 fig. la refonte d'un gouvernement (J.-J. ROUSSEAU, Considérations sur le gouvernement de Pologne, I ds Œuvres, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, t. 3, Paris, 1954, p. 953). Dér. de refondre*, d'apr. fonte1*. Fréq. abs. littér.: 68. Bbg. GOHIN 1903, p. 371.”

 

On sait qu’en matière de sidérurgie, le PS n’a réussi qu’à transformer un militant syndical en suppôt de l’européisme capitaliste.

Pour ce qui est de la dissolution du sucre dans l’eau, le rendant invisible, c’est à peu près ce que la rue de Solférino a fait subir à l’idée de changement (peut-être le seul lieu où « choc de transparence » a un référent concret…)

 

S’agit-il de monnaie? Pouvons-nous espérer que l’euro cesse d’être une machine à imposer la règle d’or (il faudrait plutôt dire d’airain) de l’austérité sans perspective?

La mise au pilon des innombrables mémoires et essais des éléphants socialistes est devenue l’une des banalités de l’édition française.

 

Les remaniements de calendriers et de constitution sont bien l’occupation irrépressible de ceux qui ont perdu toute prise directe sur la société française, laissée en nourrice au Medef et à la Commission Européenne.

 

Sur tous ces premiers points, la métaphore d’Alliès est donc congruente à son objet, sans pour autant pouvoir indiquer beaucoup de précision.

 

La transformation entière est elle aussi à l’ordre du jour, le premier ministre souhaitant voir disparaître la désuète appellation de « socialiste ».

 

Il n’est que la méthode, dont on ne peut imaginer le recyclage, puisque le PS n’a pas de méthode, seulement un comportement : l’opportunisme droitier.


Celui-ci pourtant se refond et se moule à l'infini, liquide, gazeux, cristallisé il trouve toujours, à point nommé l'état pour plaire à la finance et aux marchés.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.