Les émojis et la Covid

J’entendais ce matin à France Inter, une journaliste spécialiste Média, vanter les GIF, sources de rêves et débiner les émojis qui seraient la signature de ceux qui ont la flemme d’aligner trois mots pour construire une phrase.

 Mais sur Mediapart, nous avons tous par nos discussion sur le Club, constaté la polysémie des mots que nous employons et l’ambiguïté des phrases que nous construisons, car il nous manque l’expression du visage qui marque notre humeur, chaleureuse, agressive, plaisantine, dubitative etc....

Contresigner d’un émoji, c’est comme ôter son masque de déconfinement, démasquer son visage. S'humaniser...  On affiche ce qu'on ressent et pas seulement ce qu'on écrit.

laughingsmilewink

De mauvais esprits pourront objecter qu'on peut aisément afficher un sentiment trompeur, un émoji de façade. (un émaussade?)....   Certes; mais pour quoi faire?  A quoi bon ? Comme Pascal, je parie sur la bonne foi..      innocent

Reste que ce signe graphique pollue la typo, en quelque sorte la dévalorise, tend à la décrédibiliser. Oui. Et alors ..? On peut parler de choses sérieuses sans se prendre au sérieux...  Pas sur tout, me direz vous. Ou pas avec n'importe qui...  Bien sûùùùr... A chacun selon son goùt. J'en voie qui alertent, qui dénoncent, qui s'offusquent, qui s'indignent, qui enjoignent...  Nous savons bien ici que nous aurons beau battre et rebattre le pavé des fils, nous ne convaincrons pas grand monde, pour ne pas dire personne, d'un avis contraire au nôtre.  En quelque sorte, on écrit pour ne rien dire. A force, on a repéré ses opposants, ses connivences..

On badine, on galège, on se divertit. A masques découverts, ou couverts...

kiss

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.